Cote d'Ivoire: Ressources animales et halieutiques - Dosso Moussa dévoile ses attentes à ses collaborateurs

Le lundi 9 septembre 2019 , lors de la cérémonie de passation des charges avec son prédécesseur Kobenan Kouassi Adjoumani, au 11e étage de la Caistab, le nouveau ministre des ressources animales et halieutiques, Dosso Moussa a appelé le personnel du ministère à se mettre immédiatement, autour du Directeur de cabinet.

« Étant donné que les ministres seront très sollicités sur le terrain, les cabinets et les structures du ministère seront au four et au moulin, sous l'autorité du Directeur de cabinet pour produire des résultats. J'attends donc, mesdames et messieurs les collaborateurs, disponibilité, professionnalisme, abnégation et loyauté dans le travail.

Car, le temps qui est imparti est très court, et nous devons aller vite et même très vite. Je félicite l'ensemble des collaborateurs du ministère, pour avoir su accompagner le ministre Adjoumani dans sa mission.

Mais, je n'en attendrai pas moins de vous. J'attendrai beaucoup de vous. Le Président de la République nous a rappelé que ce gouvernement est un gouvernement de mission qui devra rendre compte de ses actions en octobre 2020, avant les élections présidentielles de 2020.

Il faudra donc mettre en exécution, les projets qui sont encore en suspens. Ici encore, l'aide et l'appui du ministre Adjoumani nous seront d'une grande utilité», a indiqué le nouveau ministre des ressources animales et halieutiques.

Il a d'ailleurs salué la sollicitude du ministre Kouassi Adjoumani (nommé ministre de l'agriculture et du développement rural. Ndlr) qui, selon lui, n'a pas cessé de l'appeler, depuis la proclamation du gouvernement, pour lui faire le point sur ce qu'il aura à faire.

«Je vais lui dire qu'il ne part pas. Parce que, nous allons tisser un partenariat entre nos deux ministères. Un partenariat qui va durer jusqu'en 2020 qui signera la fin de la première partie de la mission du gouvernement.

J'hérite d'un département ministériel important dont la mise en pratique des projets va impacter la vie de nos populations, notamment, les jeunes et les femmes.

J'arrive dans ce secteur avec un profil de financiers. Ce monde de vétérinaires m'est inconnu. Mais, je sais qu'on fera cavalier ensemble.

C'est important que vous me conseilliez et que vous me coachiez. Je sais que nous sommes ensemble», a-t-il plaidé auprès du ministre Adjoumani qui a dirigé le ministère de 2002 à 2005 puis de 2011 à 2019.

Heureux de passer la main, le ministre Kobenan Kouassi Adjoumani a fait à son successeur, l'état des lieux. Il a dit qu'il laisse à son successeur, un ministère en pleine renaissance avec des dizaines de chantiers ouverts.

Selon lui, ce ministère qu'il dit avoir trouvé dans un état chaotique en 2011, suite à la crise post électorale, revit enfin, grâce à un document de politique sectorielle dont le ministère s'est doté en 2014. « Il y avait aussi le plan stratégique de développement de l'élevage, de la pêche et de l'aquaculture, sur la période 2014-2020 », a-t-il énuméré.

Des programmes conduits, selon lui, avec efficacité et qui ont permis d'avoir des résultats. « Par exemple, en aviculture moderne, en 2011, la production de viande de volailles est passée de 18 mille tonnes à 56 mille tonnes par an en 2018.

La production des œufs de consommation a également explosé. Nous sommes passés de 36 œufs par habitant par an à 67 œufs par habitant par an», a-t-il, entre autres, énuméré.

Le ministre Adjoumani a également fait cas d'avancées réalisées dans l'élevage porcine, l'élevage des bovins ou encore la stratégie de lutter contre la pêche illégale dans les eaux territoriales Ivoiriennes.

Pour le bon suivi de tous ses dossiers et de bien d'autres, encore en suspens, le ministre Adjoumani s'est dit disposé à un partenariat intra-ministériel.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: L'Intelligent d'Abidjan

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.