Afrique de l'Ouest: 100e réunion de l'ICCO à Abidjan - Le Ghana et la Côte d'Ivoire en concertation

Photo: CCILCI
Cacao
11 Septembre 2019

En marge de la 100e réunion du Conseil international du cacao (Icco) qui se tient à Abidjan depuis mardi, la Côte d'Ivoire et le Ghana, deux poids lourds (plus de 60% de la production mondiale) de cette culture de rente, sont en concertation, au Sofitel Abidjan Hôtel Ivoire.

L'objectif étant de défendre davantage leurs intérêts. Tous les acteurs de la filière, notamment les chocolatiers, industriels et les négociants... prennent également part à cette rencontre sur la durabilité du cacao.

Au centre des discussions : la préservation des forêts et la lutte contre la déforestation, la promotion de la cacaoculture en agroforesterie, la mise en place d'un système de traçabilité du produit. A cela, s'ajoute la lutte contre la pire forme de travail des enfants.

Joseph Aidoo, le directeur du Ghana Cocoa Board (Cocobod) et Yves Brahima Koné, le directeur général du Conseil du café-cacao (Ccc) sont présents à Abidjan pour cette 100e réunion du Conseil international du cacao.

Selon une note du Conseil du café-café (Ccc), au cours de ces dernières années, « des attaques répétées d'Ong et de journalistes relatives à des problématiques au niveau de la chaîne de production du cacao sont de plus en plus nombreuses ».

Il s'agit notamment de l'expansion cacaoyère au détriment des forêts, de l'exploitation des enfants dans les plantations, de la non maîtrise de l'origine des produits commercialisés (traçabilité) et de l'utilisation de pesticides dangereux et/ou prohibés.

« Malgré les efforts déployés par la Côte d'Ivoire pour adresser ces questions, la situation suscite encore beaucoup d'attention au niveau international », fait remarquer le Ccc. Cette problématique de la Côte d'Ivoire concerne également son voisin du Ghana, avec lequel elle entretient d'excellentes relations.

Dans le cadre du renforcement de cette collaboration, les deux pays, en juin dernier, dans le souci d'une allocation du revenu des producteurs, avaient suspendu la vente des récoltes de 2020-2021 jusqu'à nouvel ordre.

Objectif : pour la mise en place d'un prix minimum. Abidjan et Accra avaient décidé de vendre leur cacao à 2 600 dollars la tonne (plus de 1,4 million de FCfa). Ce matin, à partir de 10h30, ces deux pays vont rendre publiques les conclusions de leurs échanges.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.