Congo-Brazzaville: Musique - Hommage des Bantous de la capitale et Bana Poto-Poto à Fernand Mabala

Les deux groupes ont honoré, le 8 septembre à la Cafèt de l'Institut français du Congo (IFC) , l'illustre artiste musicien congolais décédé le 4 août dernier à l'hôpital Charles Foix, à Paris (France), et inhumé le 28 du même mois à Brazzaville.

Après la brève présentation du maître de cérémonie, Benoît Narcisse Tchichimbi, les artistes du mythique groupe de la capitale, « les Bantous », sont montés sur le podium. L'orchestre du patriarche Ganga Edo et autres anciens comme Mpassi Mermans et Ricky Siméon le gardien du temple, a débuté sa prestation par des variétés, avant d'enchaîner avec les chansons comme "Makambo mibalé" de Kosmos Moutouari ; "Guilène", une salsa du trompettiste May's Bantsimba ; "Boma na yo ngai", la dernière composition de Lambert Kabako ;"Miso na nzela" de l'ancien Michel Boyimbanda, ex- sociétaire des Bantous ; et "Faficina" de Nino Malapet.

Avant de prendre la pause, les Bantous ont interprété les chansons de feu Fernand Mabala, notamment le titre "Oselina" bien connu sous l'appellation de "Visa ya long séjour" et "Yatama".

L'entre deux phases de la prestation des Bantous de la capitale a été marquée par le passage sur scène du groupe Bana Poto-Poto de feu Bienvenu Faignond. Il a aussi interprété plusieurs chansons de Fernand Mabala, parmi lesquelles "Ainsi va la vie" ;"Yatama" et " Adjani", clôturant par sa propre chanson "Matiti mabé".

Les Bantous de la capitale ont repris la scène, cette fois, en interprétant "El Salcero" de José Missamou, suivi des chansons "Ce n'est que ma secrétaire" de Pamelo Mounka et " José mwana ya Kinkala" de Kabako Lambert. Notons que ce groupe qui vient de célébrer ses 60 ans d'existence se produira, le 15 septembre, au bar dancing "La détente", et le 22 septembre de nouveau à l'IFC.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.