Congo-Kinshasa: Julien Paluku - " Le développement de la RDC passe par l'industrie !"

Julien Paluku Kahongya, le tout nouveau Ministre National de l'Industrie de la RD. Congo, entend matérialiser dans son secteur, la vision du Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo. Il veut ainsi attirer au pays les investisseurs et les entrepreneurs grâce auxquels il tient à booster le développement du pays.

Ce bouillant Gouverneur honoraire du Nord-Kivu l'a déclaré ce lundi 9 septembre dernier, lors de la prise de ses fonctions à la tête de ce ministère. Le successeur du ministre Marcel Ilunga Leu rassure qu'il travaillera pour que l'Industrie contribue à la paix et à la stabilité du pays.

L'industrie c'est la base du développement du pays et un ministère clé, a-t-il souligné. Il invite ainsi ses collaborateurs à se mettre tous au travail tel que le veut le Chef.

«Il est temps de nous mettre tous au travail. L'industrie ne commence pas par moi. Nous n'allons qu'à ajouter notre part. Je sollicite votre contribution. Je vais m'appuyer sur vous », a lâché en substance.

Il a rassuré les uns et les autres qu'il n'y aura pas de chasse à l'homme, avant de prendre la décision de protéger le patrimoine de l'Etat contre toute convoitise.

Loin de lui l'idée de faire des spéculations, JPK déclare que l'heure n'est pas au discours, mais plutôt aux actions concrètes.

Bien que déterminé à faire décoller l'industrie RD-congolaise, JPK promet de faire d'abord un état de lieu de son ministère, comprendre le fonctionnement de ce dernier, savoir où commencer et ce qui a été fait jusqu'aujourd'hui et ce qui reste à poursuivre.

Il a profité de l'occasion pour remercier les autorités qui l'ont désigné à cette fonction, avant de remercier également son prédécesseur qu'il a qualifié d'un bon dirigeant.

Décidément, le patron de BUREC et de l'AABC a la lourde tâche de diversifier l'économie nationale. L'industrialisation de notre économie s'inscrit sur le long terme, surtout que nous partons de très loin. Alors qu'il y avait plus de 2 500 sociétés industrielles viables au lendemain de l'indépendance, on en compte aujourd'hui à peine 350.

On attend de Julien Paluku, la prolifération des zones économiques spéciales. Il doit faire de son mieux pour installer des parcs de type Buka Lonzo, Maluku et autres afin de mécaniser intensifie l'agriculture dans chaque province.

Certes, ce genre des projets à long terme nécessitent des moyens et des structures viables qui s'inscrivent dans la durée. Le gouvernement devra donc créer une sorte de banque publique consacrée aux investissements industriels. Elle viendra en complément du Fonds de promotion de l'industrie (FPI).

Le ministère de l'Industrie, c'est le cœur du développement de notre pays. La vision d'une RD-Congo émergente ne sera jamais possible sans le décollage de l'industrie nationale. Nous devons faire en sorte que cette industrie se réveille, crée des emplois, s'étoffe, apporte sa contribution au produit intérieur brut et permette à la jeunesse de regarder l'avenir avec espérance et non comme une menace.

Le ministère de l'Industrie n 'est pas, à mon entendement, un ministère de gestion. C' est un ministère d'action, comme l'a d'ailleurs si bien dit ci-haut le ministre JPK. Et connaissant le savoir-faire et l'expertise dont a toujours fait montre cet homme politique, l'on doit s'attendre à des véritables changements dans ce secteur dans les jours qui viennent, comme en témoigne l'économie du Nord-Kivu.

Avec sa gestion de la chose publique réputée transparente et sa rigueur, l'homme mettra sans nul doute hors d'état de nuire tous ces corrupteurs et corrompus qui s'évertueraient à freiner l'industrialisation de la RDC, en détournant l'argent public destiné à soutenir ce secteur. Wait and see !

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.