Sénégal: Brouille au sein du PDS - Le point de non-retour atteint

11 Septembre 2019

La brouille au sein du Parti démocratique sénégalais (Pds) semble atteindre un point de non-retour avec les états-majors des camps qui campent sur leurs positions et se regardent en chiens de faïences.

Si du côté d'Oumar Sarr et compagnie, le lancement de la tournée nationale de la coalition "And Suxxali Sopi" a été effectif le weekend dernier à Dagana, du côté des pro-Karimistes, le rouleau compresseur a été déclenché pour lui reprendre son siège de député.

Au Parti démocratique sénégalais (Pds) c'est vraiment la scission. Même si la bande à Oumar Sarr campe toujours sur sa position de vouloir mener la bataille au sein du parti en créant un courant interne, "And Suxxali Sopi" il n'en demeure pas moins qu'au vu de la détermination de "Wade fils" et compagnie, la tâche sera énorme et pratiquement impossible.

Pour cause, l'actuel Chargé de l'organisation, de la modernisation et de l'élaboration des stratégies politiques dans le nouvel Secrétariat national, ne compte surtout pas laisser Oumar Sarr, El Hadj Amadou Sall, Babacar Gaye et compagnie dérouler leur stratégie de récupération du parti.

Par conséquent, le rouleau compresseur a été déclenché. Ainsi, après les sorties des fédérations de Saint-Louis, Ziguinchor, Louga, Maroc, Gabon, etc, pour fustiger l'attitude des frondeurs, c'est au tour des femmes du parti de s'inviter à la danse.

Réunies en assemblée générale ce dimanche 08 septembre dernier, elles ont invité la direction du parti à «constater l'auto-exclusion» d'Oumar Sarr et cie du parti.

Dans leur résolution, Woré Sarr et ses camarades ont regretté «l'attitude» de ces derniers de «vouloir à tout prix passer par pertes et profits cette offense politicienne de Macky Sall à l'encontre du parti, du secrétaire général national et du candidat Karim Wade».

Par conséquent, comme ce fût le cas pour Modou Diagne Fada et Me Madické Niang, les femmes ont réclamé «leur remplacement dans toutes les structures où ils siégeaient, dans les coalitions où ils représentaient le parti ainsi qu'à l'Assemblée nationale».

Pour autant, celui qui réclame toujours le poste de Secrétaire général national adjoint au Pds et compagnie ne s'avouent pas vaincus.

Le weekend dernier, Oumar Sarr et ses camarades ont fait une démonstration de force à Dagana, en marge du lancement de leur tournée nationale. Pour eux, il n'est pas question de confier les rênes du parti à quelqu'un qui n'a même pas la légitimité de se revendiquer membre clé du parti.

En effet, le député Oumar Sarr a émis des réserves quant à la qualité de membre du Pds de Karim Wade. Pour lui, «Karim Wade n'est pas le Pds, bien que Maître Abdoulaye Wade soit le secrétaire national du parti.

Du reste, il n'a aucune responsabilité à revendiquer dans le parti». Ces derniers, à travers leur courant, comptent travailler pour refonder et redynamiser le parti pour un Pds gagnant.

Ainsi donc, devant les positions toutes tranchées des uns et des autres, sans oublier les déballages tout azimut auxquels se livrent les différents protagonistes, une médiation, pour arrondir les angles, semblent impossible à présent.

Le divorce est définitivement consommer entre ceux qui sont favorables à Oumar Sarr et compagnie et ceux qui défendent Karim Wade.

La bataille pour le contrôle du Pds a fini de vicier les rapports au sein du Pds, atteignant ainsi un point de non-retour dans le parti de l'ancien président Me Abdoulaye Wade. Oumar Sarr et ses affidés seront tout bonnement éjectés du parti.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.