Sénégal: Dialogue politique - Mamadou Lamine Diallo dénonce «un plan visant à étouffer la démocratie sénégalaise»

11 Septembre 2019

Le leader du mouvement Tekki, Mamadou Lamine Diallo a accusé hier, mardi 10 septembre dans sa 163e question économique de la semaine le président Macky Sall de préparer un nouveau plan à travers le dialogue politique visant à «étouffer la démocratie sénégalaise et imposer la dynastie Faye-Sall, l'émirat gazier».

Selon lui, ce plan vise à obtenir du Pds sa participation au dialogue politique en échange d'une amnistie pour Karim Wade, les «Khalifistes en échange d'une grâce pour Khalifa Sall et Idrissa Seck en échange du poste juteux du Chef de l'Opposition.

Mamadou Lamine Diallo jette le pavé dans la mare du dialogue politique en cours de la Commission cellulaire chargée de conduire les travaux du cadre de concertation sur le processus électoral autour du général à la retraite, Mamadou Niang.

Dans sa 163e question économique de la semaine formulée hier, mardi 10 septembre dans le cadre de son «débat économique avec Macky Sall» initié depuis août 2016, le leader du mouvement Tekki a qualifié les concertations politiques en cours de «deals politiques» scellés en amont par Macky Sall, chef de Benno Bokk Yakaar (Bby).

Soulignant que cette «mise en scène dont le protocole est soigneusement étudié» vise «trois deals qu'il veut mener».

Mamadou Lamine Diallo accuse Macky Sall de chercher comme il avait promis à «réduire l'opposition composée de nullards à sa plus simple expression» mais aussi à «étouffer la démocratie sénégalaise pour imposer la dynastie Faye-Sall, l'émirat gazier».

«En fait, l'arrivée du gaz l'a amené à vouloir étouffer la démocratie sénégalaise pour imposer la dynastie Faye-Sall, l'émirat gazier. Ce processus de captation de l'Etat est bien connu en économie après les travaux de Stigler.

On l'a vu fonctionner au Gabon», explique le leader de Tekki. Poursuivant son propos, il souligne au sujet des trois deals que le Palais aurait fomenté un plan, s'agissant entre autres, «d'amener le Pds, en échange, amnistier Karim Wade et au passage tous les brigands de son régime».

Ensuite, «Khalifistes autour de ce même dialogue national, en échange gracier Khalifa Sall». Et enfin, «Idrissa Seck en échange aussi du poste juteux du Chef de l'Opposition à deux milliards».

Mais d'après lui, la mise en œuvre de ce plan du locataire du Palais de la République est coincée par Wade fils et Khalifa Sall qui ont opposé une fin de non-recevoir.

En le croire, «Karim Wade n'est pas intéressé» par cette offre et Khalifa Sall «ne veut pas d'un protocole de Grand Yoff».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.