Congo-Kinshasa: Infrastructures - Les défis de 25 millions de Kinois en 2050

11 Septembre 2019

C'est en sa double qualité de représentant du Chef de l'Etat et de ministre de l'Urbanisme et Habitat que Pius Mwabilu a procédé, le lundi 9 septembre 2019, à l'ouverture de l'Expo Béton 2019, au Pullman Hôtel de Kinshasa. Cette quatrième édition placée sous le thème : « Du foncier rural au nouveau programme pour les villes en RDC », et va clôturer ce jeudi 12 septembre 2019.

Cette cérémonie était rehaussée de la présence de plusieurs personnalités, notamment le gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila, le président du comité d'organisation et gouverneur de l'Ituri, Jean Bamanisa Saidi, la Représentante de l'Onu-Femme en RDC, Awa Ndiaye Seck, le Représentant-pays de l'Onu/Habitat en RDC et Abel Koulamnodji Walendom.

Il faudrait signaler que cette quatrième édition, organisée en collaboration avec l'Onu/Habitat, coïncide avec le Symposium des 20 ans de coopération entre l'Onu/Habitat et la RDC.

Dans son mot de circonstance, le ministre d'Etat et ministre de l'Urbanisme et Habitat, Pius Mwabilu, a souligné que l'aménagement du territoire et l'habitat sont restés longtemps des parents pauvres des politiques publiques. Pourtant chaque année, le pays vit les conséquences de la saturation des voies de communications et d'assainissement.

D'ici 2030, a-t-il relevé, plus de la moitié de nos populations vivront en milieux urbains, et Kinshasa a elle seule comptera près de 25 millions d'habitants. D'où, le pays court le risque d'aggraver une situation déjà assez préoccupante, si l'on n'agit pas rapidement pour mettre fin à l'anarchie foncière et urbanistique.

Toutefois, il a souligné que l'urbanisation galopante en Afrique, bien qu'étant un défi majeur, peut aussi être transformée en une réelle opportunité d'affaires, à travers la mise en place de services sociaux de base.

Le gouverneur de Kinshasa, Gentiny Ngobila, a de son côté indiqué que ce forum est tombé à point nommé pour faire l'état des lieux par rapport aux différentes opportunités d'investissements immobiliers dans la capitale. Il a rappelé que Kinshasa figure au nombre des villes les plus peuplées du continent, se classant 3ème après Le Caire et Lagos. Selon lui, la capitale reste une bonne opportunité d'affaires avec 90% de ses espaces ruraux et agro-pastoraux.

Il en a profité pour livrer les résultats d'une étude récente, selon laquelle il faut inverser la tendance à se concentrer au centre-ville, notamment en aménageant des routes secondaires à relier aux artères principales.

Awa Seck, qui s'est exprimée au nom de Leila Zeroughui, la patronne de la Monusco empêchée, a renouvelé l'engagement des Nations Unies à soutenir les efforts dans la RDC à restaurer la sécurité et partant une paix durable dans sa partie Est. Elle a fait savoir que l'ensemble du système des Nations Unies est en train de préparer un cadre de collaboration en vue de l'atteinte des « Objectifs du Développement Durable » (ODD).

A l'en croire, ce cadre va s'inscrire dans la droite ligne des priorités définies par le Président de la République pour les cinq années de son mandat, conformément aux 17 « Objectifs du Développement Durable » de l'Agenda 2030 des Nations Unies.

En sa qualité de président du comité d'organisation, Jean Bamanisa Saidi a exprimé sa gratitude à tous les partenaires politiques pour leur collaboration lors des trois éditions précédentes. Le gouverneur de l'Ituri a annoncé que dès février prochain, se tiendra à Bunia, en collaboration avec l'Onu/Habitat, un forum autour du thème, « Le corridor Nord et Est de la RDC, projet à développer et opportunités d'affaires ».

Il a martelé que la question de la croissance démographique de Kinshasa à l'horizon 2050 ne saurait être résolue si l'on n'investit pas sérieusement dans les infrastructures de base, notamment les routes, la desserte en eau et électricité, tel que cela venait d'être proposé par le SCESAC (Schéma d'orientation stratégique et d'agglomération de Kinshasa).

Selon lui, les effets des résolutions précédentes se feront bientôt sentir. Tout en saluant la vision politique du Chef de l'Etat en matière d'infrastructures, il a esquissé quelques sous-thèmes tels que : « Engageons-nous pour des villes durables », « La guerre de l'eau », « La sécurisation de l'investissement par le biais des assurances », « Mégalopole, infrastructures et mobilité », « L'impact de la décentralisation sur l'amélioration de la qualité des vies de Kinshasa et de ses environs », etc.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.