Afrique: 5me Forum Investir en Afrique - F.Tshisekedi cible l'agriculture... Sassou Inga III

10 Septembre 2019

Le 5me Forum Investir en Afrique, organisé conjointement par les gouvernements du Congo/Brazzaville, de la Chine, ainsi que la Banque de Développement de Chine et le Groupe de la Banque Mondiale, s'est ouvert hier mardi 10 septembre 2019 dans la cité de Kintele, à Brazzaville.

Le Président de la République Démocratique du Congo, Félix Antoine Tshisekedi, arrivé la veille de l'autre côté du fleuve Congo, par vedette spéciale, y prend une part active aux côtés de ses collègues d'Angola, Joao Lourenço, du Rwanda, Paul Kagame, de la République Centrafricaine, Faustin Archange Tuadera, du Congo/Brazzaville, Denis Sassou Nguesso.

Le thème de ce forum s'intitule : « Tirer partie des partenariats pour promouvoir la diversification économique et la création d'emplois dans les économies africaines ». Intervenant pour la circonstance, Félix Antoine Tshisekedi, qui se positionne comme un des chauds partisans de la suppression progressive des barrières commerciales entre Etats africains, a fait part à ses pairs ainsi qu'aux investisseurs présents au Centre international des Conférences de Kintele, de son engagement à diversifier l'économie congolaise, avec comme pilier principal l'agriculture.

S'agissant précisément de cette dernière, il mise sur la création des industries agro-pastorales dans les milieux ruraux, la réhabilitation et la modernisation des routes de desserte agricoles, la desserte en eau et électricité, etc.

Il a rappelé à cette occasion les projets de création d'une Agence Nationale d'Electrification Rurale et de l'Autorité de Régulation de l'Energie, déjà évoqués lors de son discours d'ouverture de l'atelier national sur l'énergie à Matadi.

Dans le même ordre d'idée, il a invité les investisseurs chinois et ceux d'Afrique à accompagner la RDC dans sa volonté de cheminer vers l'émergence, dans le cadre des partenariats gagnant-gagnant.

L'autre fait marquant souligné par le président congolais est sa volonté de booster l'éducation, en portant le budget réservé à ce secteur de 8 à 20 %. Cette fourchette, indique-t-on, est la norme fixée par l'Unesco pour la prise charge de l'enseignement par les Etats.

Cette option n'est rien d'autre que la confirmation de la gratuité de l'enseignement, jusque-là limitée aux écoles primaires publiques et conventionnées. L'objectif final est de rendre la gratuité intégrale au niveau des cycles primaires et secondaires.

Bien que la tradition veuille que l'organisation du « Forum Investir en Afrique » se fasse par rotation entre les villes africaines et chinoises, le Chef de l'Etat de la RDC a sollicité l'indulgence de ses homologues présents et des représentants du gouvernement chinois pour que, de manière exception, Kinshasa puisse accueillir la 6me édition. Apparemment, la proposition n'a pas rencontré d'objection.

Quant au Président de la République du Congo, Denis Sassou Nguesso, il ciblé de manière particulière le barrage hydro-électrique d'Inga, dans sa troisième phase appelée Inga III, qui apparaît à ses yeux comme le socle de l'intégration économique africaine.

On retient de la rencontre de Brazzaville le constat des Chefs d'Etat présents selon lequel il existe un énorme potentiel d'investissement en Afrique, d'où l'impératif de la mise en œuvre effective de la zone de libre échange continentale africaine.

On rappelle que la première édition du Forum Investir en Afrique fut organisé en 2015 à Addis-Abeba (Ethiopie) ; la seconde en 2016 à Guangzhou (Chine), la 3me en 2017 à Dakar (Sénégal), la 4me en 2018 à Changsha (Chine). Kimp

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.