Algérie: La sclérodermie au cœur de la 2ème journée internationale de médecine interne du CHUO

Oran — La sclérodermie systémique, une maladie rare encore "difficile à diagnostiquer" constituera une des thématiques principales de la 2ème journée internationale de médecine interne du CHU d'Oran, prévu entre les 11 et 12 octobre prochain, a-t-on appris des organisateurs.

Cette maladie touche trois femmes pour un homme et survient le plus souvent entre 50 et 60 ans. Elle provoque une fibrose tissulaire de la peau et de certains organes, en particulier le tube digestif, le poumon, le rein et le cœur. L'atteinte de ces trois derniers organes provoque souvent des complications graves, a-t-on expliqué.

La programmation de cette thématique dans cette journée de formation destinée aux médecins généralistes et spécialistes en médecine interne, vise à expliquer en détails les symptômes de cette maladie pour mieux la diagnostiquer, d'autant plus qu'il existe plusieurs types de sclérodermie systémique, note le Pr Amine Chami, chef de service de médecine interne au CHU d'Oran, et organisateur de l'évènement.

Deux autres thématiques sont au programme de cette journée, à savoir les manifestations rhumatismales et le diabète sucré, qui abordera plusieurs sous-thèmes comme le pied diabétique et les nouvelles recommandations pour la prise en charge du diabète.

Plus de 400 participants sont attendus à cette manifestation scientifique, qui accueillera des conférenciers de renom, de l'intérieur du pays et de l'étranger, souligne le même responsable.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Algérie

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.