Congo-Kinshasa: Potion magique !

Les amateurs du septième art qui est le Cinéma ainsi que les bouquineurs se souviennent sans nul doute de l'histoire de la Gaule mixée avec celle de la Rome antique. Les gaulois utilisaient la potion magique pour avoir plus de force afin de combattre les romains, dans ces temps, menés par Jules César.

Obélix ou encore Astérix sont les plus connus des personnages de bandes dessinées qui puissent rappeler la quintessence de ce fait ante christu natum. Et, aujourd'hui plus qu'hier, dans le contexte actuel de la RD. Congo, une potion magique s'avère urgente afin de donner la force aux autorités de mener à bien le pays vers son développement. Comment ? Cette question vaut son pesant d'or. En effet, après l'alternance, suivie de la sortie du Gouvernement de coalition CACH-FCC, de son investiture et des remises-reprises dans les différents ministères, l'heure est maintenant à la présentation du budget 2020, prévue au cours de la session ordinaire de septembre dont l'ouverture est annoncée pour le lundi 16 septembre prochain.

L'enjeu est de taille. Ce, dans la mesure où Sylvestre Ilunga, Premier ministre et Chef de l'actuel Exécutif, avait donné sa parole de présenter, annuellement et graduellement, les chiffres, les indicateurs et/ou les chronogrammes de différentes projections édictées dans son programme gouvernementale qu'il a eu à étaler devant les députés nationaux, le mardi 3 septembre, avant l'investiture qui s'en est suivie pour le vendredi 6 septembre. In globo, puisque les visions que ce soient du Président de la République ou de la coalition CACH-FCC sont connues, les promesses du Chef de l'Etat Félix Tshisekedi, depuis la période de campagne électorale, ne cessent de pleuvoir jusqu'à ce jour, les nouveaux ministres ont aussi fait des serments devant la presse, la charge incombe maintenant à Ilunga Ilunkamba, au VPM du budget Mayo Mambeke ainsi qu'à leurs intelligentsias de pouvoir concocter un projet budgétaire capable de concourir à la concrétisation de projections faites et ce, selon un chronogramme qui doit non seulement être établi mais aussi communiqué, urbi et orbi, c'est-à-dire, devant les élus et toutes la population congolaise de l'interne et de l'externe, sans compter l'opinion internationale.

Déjà, le Chef de l'Etat Félix Tshisekedi a fait savoir, depuis Brazzaville où il séjourne dans le cadre du "Forum investir en Afrique", que 20% du budget doivent être orientés vers le secteur de l'éducation, afin de favoriser la faisabilité de la gratuité de l'enseignement de base, bien effective, dans les établissements publics, depuis le 2 septembre dernier, jour de la rentrée scolaire. A voir ce tableau, s'il faut ajouter la flambée des prix sur le marché, la dépréciation de la monnaie, l'insécurité ou encore le virus Ebola, les défis à relever sont plus que multiples. D'où, seul un budget représentatif et recensant l'immensité de défis et des projections, peut se révéler comme la potion magique devant favoriser le redressement de la nation.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.