Cameroun: Transferts rapides de fonds à l'international - Des banques locales aussi

Certaines institutions bancaires ont opté pour ce service afin de faciliter les transactions aux usagers.

Les transferts rapides de fonds à l'international se font aussi désormais par les banques locales grâce à la technologie et même des applications mobiles. Aujourd'hui, plus question pour les clients de s'aligner pendant des heures pour un envoi à l'extérieur ou pour un retrait. C'est le cas avec Afriland First Bank. Selon un chef d'agence à Yaoundé, ce service a été introduit par cette institution bancaire afin de faciliter la transaction aux usagers. A travers Flash transfert, ils envoient et retirent facilement de l'argent à l'étranger. «Ce moyen leur permet aussi de sécuriser leur argent en leur évitant de voyager avec les liquidités», explique le banquier. L'autre avantage réside au niveau des frais d'envoi, bien moins chers que ceux pratiqués dans les points de transferts habituels.

Seul inconvénient, les envois et retraits ne se font que dans quelques pays d'Afrique et surtout où la banque a ses filiales, de même que dans des structures avec lesquelles elle est liée par convention. L'on apprend aussi que le retrait et l'envoi peuvent aussi se faire dans certains bureaux de change. « C'est déjà quelque chose », se réjouit un client rencontré dans cette banque mardi, 10 septembre 2019 matin. Il ajoute que pour un envoi de 500 000 F en République démocratique du Congo, il n'a déboursé que 5000 F comme frais d'envoi. Soit 1% du montant. Le responsable de cette agence ajoute que le minimum de frais de transfert vaut 1000 F et le maximum 25 000, F quel que soit le pays où les fonds sont envoyés. Ailleurs, l'envoi pour ce même montant coûte une vingtaine de mille.

Il faut préciser que le plafond journalier des envois dans ces institutions locales reste le même soit 500 000 comme imposé par la Banque centrale. Dans une autre banque opérant dans ce même type de service, la chargée de communication explique les raisons qui ont poussé l'institution à optent pour ce service. « C'est d'abord une banque panafricaine qui a voulu mettre en avant la satisfaction des clients », souligne Evelyne Bateg d'Ecobank. Présente dans une trentaine de pays, il était de bon ton que la banque s'arrime aux nouvelles technologies. Notamment que les usagers puissent transférer rapidement de l'argent d'un pays à un autre. Les transactions peuvent aussi s'effectuer en dehors de l'Afrique vers le pays d'origine de l'usager, au travers de la plate forme Rapid transfert en ligne. Comme dans les banques faisant dans le même service, les frais de transferts sont aussi estimés à 1% du montant à envoyer. « En fait, nous nous conformons au respect des textes du régulateur », conclut la communicatrice.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.