Exploiter le pouvoir de la révolution numérique pour la viabilité et la prospérité urbaines

10 Septembre 2019

Addis-Abeba, Éthiopie, le 6 septembre - L'un des congrès mondiaux les plus importants sur l'agenda urbain, les villes et les établissements humains durables, ainsi que le respect qu'on accorde à l'agenda en question durant le mois d'octobre, GFHS 2019 s'est tenu avec succès les 5 et 6 septembre au Centre de conférences des Nations Unies, à Addis-Abeba, en Éthiopie. M. Eng. Seleshi Bekele, Ministre éthiopien de l'eau, de l'irrigation et de l'énergie, M. Raila Odinga, ancien Premier ministre du Kenya, Haut représentant pour le développement des infrastructures à la Commission de l'Union africaine et M. Oliver Chinganya, Directeur du Centre africain pour la statistique et Directeur par intérim de la Division de la technologie, du changement climatique et de la gestion des ressources naturelles de la Commission économique pour l'Afrique (CEA) ont pris part et se sont adressés au forum. Le document final - la Déclaration d'Addis-Abeba a été adopté lors de la séance de clôture, contribuant ainsi aux activités de la Campagne urbaine mondiale et du Forum urbain mondial 2020, à Abou Dhabi, en février 2020.

Intitulé « Développement durable des villes et des établissements humains à l'ère du numérique », le GFHS 2019 a été conçu dans l'objectif d'offrir une plate-forme précieuse pour un dialogue de haut niveau entre les acteurs du monde entier et de rechercher les nombreuses opportunités qu'offrent la révolution numérique à rendre les villes plus vertes, plus intelligentes et plus durables. Le Forum s'engage également à soutenir l'Afrique dans le développement de l'économie numérique, à faire progresser l'urbanisation durable et à renforcer la coopération pragmatique dans le cadre de l'Initiative « Belt and Road ».

M. Raila Odinga souligne dans son allocution que « l'organisation de ce forum est très importante. L'Afrique fait face à d'immenses opportunités de développement. Nous devons nous efforcer de développer les infrastructures, y compris les transports, l'énergie, le logement, les installations numériques et transformer les ressources en exportations de produits. L'Afrique est un lion endormi et il est temps de réveiller ce lion ».

M. Oliver Chinganya souligne que « lors des discussions sur les villes intelligentes et les citoyens numériques, il est tout aussi important de se rappeler que peut-être seulement un tiers des Africains utilisent Internet et la moitié possède un téléphone portable. Les infrastructures numériques sont loin d'être les meilleures au monde en termes de débit, de volume et de fiabilité. Selon les premières estimations, l'Afrique a besoin d'environ 5 milliards de dollars américains par an pour les infrastructures de TIC ».

Le Secrétaire général du GFHS, M. Lu Haifeng, indique que « les villes vertes à base de carbone » et « les villes intelligentes à base de silicium » sont les deux grandes tendances du développement urbain. La combinaison des deux aidera à soutenir et à rendre l'économie plus respectueuse de l'environnement tout en rendant les villes et les communautés intelligentes et durables.

Le forum était co-organisé par le Forum mondial sur les établissements humains (GFHS), la Commission économique pour l'Afrique (CEA), l'Union internationale des télécommunications (UIT), la Campagne urbaine mondiale (WUC), en coopération avec la Fédération pour la paix universelle (UPF), l'Association mondiale « One Belt One Road » (GOBA), l'Association mondial Blockchain (GBA), l'Association mondiale des Organisations non gouvernementales (WANGO), l'Alliance de recherche africaine « Belt and Road », l'Institution pour le développement durable de la soie et l'Organisme gouvernemental éthiopien concerné.

Environ 500 acteurs majeurs de plus de 50 pays ont rejoint de nombreux ministres, maires, experts reconnus, dirigeants d'entreprises et dirigeants sociaux pour élaborer des solutions novatrices et favoriser les partenariats. M. Mesfin Assefa, Ministre d'État éthiopien, Ministère du développement urbain et du logement ; Mme Jenipher Kacha Namuyangu, Ministre d'État ougandaise chargée des collectivités locales ; M. Roi Chiti, Chef de projet, Campagne urbaine mondiale ; le Professeur Oudom Wang, Président de l'Association mondial « One Belt One Road » ; M. Taj Hamad, Vice-président du Forum mondial sur les établissements humains ; M. Vicente Guallart, Fondateur de l'Institut d'architecture avancée de Catalogne ; l'ancien Architecte en chef du Conseil municipal de Barcelone ; M. Serge Salat, Membre du Groupe de ressources international, Expert principal des normes internationales des villes modèles vertes 3.0, entre autres. Dix délégués représentant des villes, des entreprises, des universités et des sociétés civiles ont annoncé leur engagement à soutenir la mise en œuvre des 17 Objectifs de développement durable, ce qui permettra d'intensifier les efforts locaux visant à atteindre les ODD.

Le GFHS 2019 s'est déroulé à point nommé pour s'attaquer aux problèmes clés, notamment des villes et des communautés intelligentes et durables ; de la technologie numérique, de l'innovation et de la viabilité en Afrique ; de la Campagne urbaine mondiale : établir un lien entre les programmes mondiaux de développement durable et les actions locales du secteur privé ; d'une construction intelligente respectueuse de l'environnement, des énergies renouvelables et d'une résilience urbaine ; de l'Initiative internationale des villes modèles vertes : des villes d'avenir plus vertes et plus intelligentes ; du financement des infrastructures urbaines durables ; de la technologie blockchain et de la gouvernance des villes intelligentes ; des valeurs familiales et du bonheur dans les villes, entre autres. Ces discussions approfondies aident à saisir les opportunités qui se présentent à l'ère du numérique, à soutenir le développement des villes intelligentes et l'utilisation des technologies numériques pour rendre les villes et les établissements humains inclusifs, sûrs, résilients et durables.

La cérémonie de remise des prix des villes et des établissements humains durables 2019 (SCAHSA) est redevenue un des points forts de l'évènement. 26 organisations et individus du monde entier ont été honorés, tels que la ville de Vitoria-Gasteiz, en Espagne ; le concept urbain du nouveau quartier de la nouvelle ville de Wuhan Changjiang ; la Réserve Mara Naboisho de Masaï Mara ; le Musée Zoma d'Addis-Abeba, en Éthiopie ; la planification et la conception de la voie verte : le développement d'une mosaïque urbaine à Saint-Louis ; Li Zhenguo, Fondateur et PDG de la technologie de l'énergie verte de LONGi ; le célèbre Architecte Mick Pearce ; Guiyang, la ville de Sunac ; le Projet de logement social de Johannesburg. La liste complète des lauréats est accessible en cliquant sur le lien suivant : http://www.gfhsforum.org/award. Dans l'intervalle, l'Initiative internationale des villes modèles vertes a accueilli de nouveaux partenaires en présentant une plaque commémorative au Comité d'administration de la nouvelle ville de Wuhan Changjiang, en Chine ; la ville de Quezon, aux Philippines ; la ville de Johannesburg, en Afrique du Sud ; la ville d'Accra, au Ghana ; Forest City, en Malaisie ; le Groupe Red Star Macalline, de Chine et autres.

Le forum a finalement adopté le document final - la Déclaration d'Addis-Abeba qui souligne que le développement de la technologie numérique doit adopter une approche axée sur les personnes et placer la sécurité au premier rang des priorités ; le plan d'urbanisme doit intégrer le développement des villes vertes et des villes intelligentes, préconisant une forme urbaine compacte et polycentrique, favorisant une communauté polyvalente et plus vivable, garantissant l'efficacité environnementale en encourageant la réutilisation et le recyclage de différentes ressources, améliorant ainsi la productivité et la prospérité ; le fondement d'une ville intelligente consiste à intégrer des données, à permettre le partage d'informations, à renforcer la connectivité et à réaliser un développement approfondi des ressources numériques ; l'utilisation de technologies numériques applicables et abordables dans la planification, la construction et la gestion urbaines est essentielle pour garantir que les avantages de ces technologies soient partagés par tous ; il est essentiel d'investir dans le développement des capacités numériques des citoyens par le biais de l'éducation, de la culture de l'esprit d'innovation et de la promotion du développement de l'économie verte ; la conception et la construction de communautés et de bâtiments doivent être entièrement adaptées aux caractéristiques de l'ère du numérique, à savoir « novatrice, pratique, efficace, écologique et inclusive ».

Par le Département des communications et des informations, GFHS

Liens :

https://www.uneca.org/stories/forum-sustainable-urbanization-kicks-addis-ababa

http://gfhsforum.org

http://www.worldurbancampaign.org/observance-urban-october-2019-14th-global-forum-human-settlements-gfhs-2019

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.