Angola: Le pays reçoit l'aide de l'ONU pour diversifier l'investissement

Luanda — L'agriculture est le secteur de prédilection pour les investissements étrangers en Angola, malgré les difficultés, selon le Rapport sur l'examen de la politique d'investissement présenté récemment par la Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le développement (CNUCED).

Le document, présenté à Luanda, souligne que dans les années qui ont suivi la fin du conflit civil, les investissements directs étrangers (IDE) ont atteint des niveaux importants dans le pays, mais ont récemment diminué et sont concentrés dans le secteur de l'extraction de matières premières.

Selon la CNUCED, un portefeuille d'investissement «plus diversifié et mieux adapté aux besoins de l'Angola peut grandement contribuer à la réalisation des objectifs de développement national».

L'agence affirme que le gouvernement a mis en place un ambitieux programme de réforme du climat des entreprises et des investissements, mais identifie certaines lacunes et problèmes dans son document.

Selon le texte publié mardi sur le site Web de l'ONU, parmi les défis figurent le système complexe de saisie et d'établissement de fonds, des réglementations coûteuses, des pratiques commerciales restrictives persistantes et le manque de capacités et de coordination institutionnelle.

Selon la CNUCED, ces lacunes affectent la capacité du pays à tirer le meilleur parti de son emplacement stratégique, de ses ressources naturelles abondantes et de son accès préférentiel aux marchés étrangers.

La révision de la politique d'investissement accorde également une attention particulière aux investissements dans l'agroalimentaire et à sa contribution au développement durable.

Le document exige des mesures concrètes pour promouvoir l'investissement responsable et modalités de production agricole inclusives.

Les recommandations visent à trouver un équilibre entre les objectifs de sécurité alimentaire et de développement des exportations, en améliorant l'accès à la terre et aux infrastructures et en favorisant l'esprit d'entreprise et le renforcement des capacités.

Présentation

Lors de la présentation du document, les ministres angolais du Commerce et de l'Economie et du Plan ont discuté avec les représentants de la CNUCED des réformes visant à accroître les investissements étrangers et à diversifier l'économie du pays.

Le ministre de l'Economie et du Plan, Manuel Neto da Costa, a déclaré que "les IDE étaient négligés" et que "cela créait un cycle négatif pour l'économie". Selon lui, "beaucoup des problèmes rencontrés" par l'Angola sont abordés dans le document.

A l'époque, le ministre angolais du Commerce, Joffre Van-Dúnem, a dit que le document "était essentiel pour améliorer l'environnement des affaires, y compris l'agroalimentaire".

Au cours des 20 dernières années, la CNUCED a aidé plus de 50 pays en développement et des économies en transition en procédant à des examens de la politique d'investissement, en fournissant un appui technique pour la mise en œuvre des recommandations.

Selon l'agence, ces examens de la politique d'investissement "ont aidé les pays à attirer davantage d'investissements directs étrangers et à améliorer le climat des affaires".

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.