Burkina Faso: Des pesticides causent la mort de plusieurs personnes dans le pays

Au moins 18 morts suite à une intoxication alimentaire dans deux régions différentes du pays. Une quinzaine d'autres personnes est toujours en observation dans les centres de santé. Selon les premières enquêtes, ces cas de décès seraient dûs à la consommation d'aliments contaminés par des pesticides.

Treize personnes sont décédées le 1er septembre dans la localité de Didyr dans la région du centre-ouest. Le 9 septembre, cinq cas de décès sont signalés sur la quinzaine de personnes concernées à Nayamtenga dans la province du Kouritenga.

Selon la professeure Léonie Claudine Lougué, ministre de la Santé, les premières enquêtes révèlent que tous ces décès sont liés à une intoxication alimentaire due aux pesticides.

« À Didyr, explique-t-elle, les investigations ont été faites sur les prélèvements de produits biologiques comme le sang, les urines. On a trouvé un taux anormalement élevé de pesticides. Dans les aliments consommés également, il y avait un taux anormalement élevé de pesticides. Il y a plusieurs familles de pesticides. »

Pesticides pour protéger le mil contre les chenilles

Les pesticides incriminés sont utilisés dans l'agriculture, ils avaient servi à protéger le mil contre les chenilles. La ministre de la Santé recommande aux familles de se référer désormais au ministère en charge de l'Agriculture en matière d'utilisation des pesticides. Il faut, dit-elle, « suivre scrupuleusement les recommandations du ministère en charge de l'Agriculture en matière de choix et d'utilisation de pesticides ».

Toutes les personnes concernées par ces intoxications ont été évacuées dans le Centre médical avec antenne chirurgicale (CMA) de Pouytenga et au centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo à Ouagadougou, pour une meilleure prise en charge, selon la ministre de la Santé.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.