Afrique: Forum Investir en Afrique - De nombreux contrats signés et du potentiel à explorer

Les échanges autour des opportunités du continent se poursuivent à Brazzaville, avec la signature, le 11 septembre, d'un accord de partenariat entre la société congolaise Eco-Oil énergie et la chinoise Camaco, en présence des membres du gouvernement.

Le partenariat entre les deux entités privées vise à favoriser la mécanisation de l'agriculture au Congo. Le document signé par le PDG d'Eco-Oil, Claude Wilfried Etoka, et le représentant de Camaco, Zang, prévoit des travaux d'aménagement et l'installation d'une usine de montage des équipements agricoles dans la zone industrielle de Maloukou, à 45 km de Brazzaville.

Une cinquantaine de tracteurs Yto de 60 à 120 CV sera déployée pour les travaux de terrain, notamment sur d'autres sites d'Eco-Oil à Owando, Nkayi, Itoumbi et Mokeko. Pour un meilleur rendement de la chaîne de montage mixte, dix techniciens machinistes seront formés à la maison Yto de Luoyang (Chine) pour une durée de deux mois, afin de coordonner les onze postes de montage des tracteurs prévus.

De quoi satisfaire le ministre d'Etat, ministre de l'Agriculture et de l'élevage, Henri Djombo, qui pense que la signature de cet accord entre deux acteurs privés chinois et congolais contribuera à accroître la production nationale. « Le marché local est étroit, il va falloir aller à la conquête du marché sous-régional et d'autres marchés. Nous allons être des exportateurs du matériel agricole », a-t-il indiqué.

L'installation de l'usine va également contribuer, a poursuivi le ministre d'Etat, à réduire la pénibilité de travail chez les producteurs locaux. Il a enfin invité les partenaires impliqués dans le projet à investir dans la culture de manioc et d'autres filières retenues dans le cadre du Plan national de développement agricole 2018-2022.

Outre cette signature, des contrats sont conclus entre les investisseurs chinois et le gouvernement congolais dans la fourniture de l'électricité, la réhabilitation et la construction de nouveaux chemins de fer, ainsi qu'un contrat entre la Chine et la Banque de développement d'Afrique centrale pour les projets à fort impact socio-économique.

Un nouvel acteur du numérique s'installe au Congo

En marge des discussions en panels, des projets innovants ont été présentés à l'instar de la start-up Icubefarm. L'entreprise et sa fondatrice, Yolanda Asumu, proposent en ligne des formations et des offres d'emploi aux jeunes africains. Icubefarm vient de lancer sa succursale à Brazzaville et entend mettre à la disposition des demandeurs d'emploi congolais son réseau professionnel panafricain.

Le forum de Brazzaville constitue pour la jeune start-up une occasion de nouer des partenariats avec des acteurs essentiellement privés. « Notre portail compte plus de trois cents entreprises inscrites, lesquelles bénéficient de nombreuses opportunités offertes grâce cette adhésion. Nous disposons aussi d'une base de données active de nombreux curriculum vitae de jeunes hommes et femmes ambitieux », a assuré Yolanda Asumu.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.