Sénégal: Accès aux données agricoles - Un système d'information en gestation

Saly-Portudal (Mbour) — L'Initiative prospective agricole et rurale (IPAR) est en train de travailler à la mise œuvre d'un nouveau système d'information, AgriData, une plateforme regroupant l'ensemble des parties prenantes du secteur agricole, pour un meilleur accès à des données fiables, a appris l'APS.

C'est dans ce cadre qu'un atelier sur les politiques agricoles basées sur des données probantes a démarré mercredi à Saly-Portudal (Mbour, ouest). L'objectif est de contribuer à la réflexion et l'adoption de politiques agricoles basées sur des données probantes.

"Durant ces trois jours, nous espérons que nous participerons tous ensemble à définir les modalités de mise en place de la plateforme. Mais également, que cet atelier sera l'occasion de contribuer à l'identification de politiques agricoles prioritaires et de questions de recherche pertinentes à adresser", a dit Dr Cheikh Oumar Bâ, directeur exécutif de l'IPAR.

Il a rappelé que l'Assemblée générale des Nations-Unies a adopté, le 25 septembre 2015, un programme de développement durable à l'horizon 2030, repris dans un document intitulé "Transformer notre monde : le Programme de développement durable à l'horizon 2030".

"Ce programme constitue le nouveau cadre de développement mondial reposant sur 17 objectifs de développement durable déclinés en 169 cibles dans les domaines de l'économie, du développement social et de la protection de l'environnement. Il prévoit également de répondre aux difficultés croissantes découlant de l'interdépendance entre les dimensions économiques, sociales et environnementales du développement", a-t-il expliqué.

Au regard de l'importance que revêt ce secteur au Sénégal, Dr Bâ pense que la synergie des acteurs, dans la mise en œuvre, constitue "une étape primordiale" dans l'atteinte de ces objectifs.

Pour être plus efficaces, ces politiques doivent être adossées à des "données fiables, des évidences dont la démarche méthodologique est rigoureuse", a dit le directeur exécutif de l'IPAR, soulignant que le cadre actuel "montre un accès limité aux données".

Ces dernières années, l'IPAR a collaboré avec l'Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD) et la Direction générale de la planification et des politiques économiques (DGPPE) du ministère de l'Economie, des Finances et du Plan et de la Coopération sur des thématiques en lien avec les ODD, a rappelé Cheikh Faye, responsable des données et études statistiques de l'IPAR.

Ce partenariat a abouti en octobre 2016 à la conférence internationale qui a permis de définir la feuille de route du Sénégal sur les données, en collaboration avec le partenariat mondial pour les données sur le développement durable (GPSDD), a-t-il souligné.

Dans cette feuille de route, il a été notamment recommandé de promouvoir les portails "Open Data" pour plus de transparence et de redevabilité dans le suivi des ODD.

"Parmi les enseignements tirés et les résultats de la conférence, il y avait le manque et le caractère incomplet des données, mais surtout l'accès limité aux données et statistiques agricoles de base au Sénégal", a dit Faye.

Selon lui, "ce faible niveau d'accès aux données est lié à des défis techniques et méthodologiques inhérents à l'amélioration de la qualité des données, mais certains obstacles importants sont d'ordre politique, institutionnel, et financier".

Il a ajouté que "ces données sont indispensables pour une meilleure définition de politiques sectorielles et une prise de décision fondée sur des données factuelles"

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Sénégal

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.