Afrique de l'Ouest: Invitation de «Niang Xaragne Lo» pour la couverture médiatique de la session ordinaire du parlement de la CEDEAO - Le SYNPICS denonce une usurpation et un recel de fonction et menace

12 Septembre 2019

Le Syndicat des professionnels de l'information et de la communication du Sénégal (Synpics) s'insurge contre l'invitation d'Alioune Niang, plus connu sous le sobriquet de «Niang Xaragne Lô», par le Secrétaire général du Centre de conférence international de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) pour une couverture médiatique du Séminaire parlementaire et la Session extraordinaire du Parlement, en sa qualité de journaliste en ligne.

Le Secrétaire général du Synpics, Bamba Kassé, qui dénonce une «violation de l'intégrité intellectuelle» par l'attribution du titre de journaliste à un citoyen sénégalais qui n'est pas de cette profession, proteste contre une usurpation de fonction et un recel de fonction, auprès de la Cedeao.

Alioune Niang, plus connu sous le sobriquet de «Niang Xaragne Lô», a reçu une invitation de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao), en sa qualité de journaliste en ligne (Online Journalist), alors qu'il ne l'est pas, pour la couverture médiatique du Séminaire parlementaire et de la Session extraordinaire du Parlement de la Cedeao.

Le Syndicat des professionnels de l'information et de la communication du Sénégal (Synpics) a envoyé une lettre de protestation au Secrétaire général du Parlement de la Cedeao et au Chef de la Division de la Communication de la Cedeao, pour dénoncer une «usurpation de fonction» et un «recel» ou une «complice d'usurpation de fonction».

Dans cette lettre dont une copie est parvenue à la rédaction hier, mercredi 11 septembre, le Secrétaire général du Synpics, Bamba Kassé, relève que dans l'invitation envoyée à l'intéressé, il est fait mention de fonctions et titres qui sont mensongers.

«Mr, il nous a été rapporté par l'intéressé, Alioune Niang, plus connu sous le sobriquet de "Niang Xaragne Lô", citoyen de l'État du Sénégal, que votre Institution lui a adressé une invitation à venir assurer la couverture médiatique du Séminaire parlementaire et de la Session extraordinaire du Parlement de la Cedeao.

Dans la lettre d'invitation, envoyée par le Secrétaire général du Centre de Conférence International de la Cedeao et adressé à l'intéressé, il est fait mention de fonctions et titres qui sont mensongers et qui traduisent, par ce fait, une violation de l'intégrité morale de toute la presse sénégalaise», écrit M. Kassé

INSULTE A LA CORPORATION DES JOURNALISTES SENEGALAIS

En effet, déplore Bamba Kassé, cette correspondance est adressée au concerné en sa qualité de journaliste en ligne pour une couverture médiatique. «... Il est noté que cette correspondance est adressée au sieur Niang en sa qualité de journaliste en ligne (Online Journalist) et que l'objet de l'invitation est une "Couverture médiatique".»

En conséquence, le Synpics, par la voie de son Secrétaire général, dénonce ce mépris... de la Cedeao.

«Par cette note, le Syndicat des professionnels de l'information et de la communication s'insurge contre ce fait qui est constitutif d'un recel de fonction de votre part ou d'une usurpation de fonction de la part du concerné qui n'est pas journaliste. Mr Alioune Niang n'a ni la qualité ni n'exerce la fonction de journaliste au Sénégal.

Donc, l'inviter en qualité (de journaliste) est une insulte à la corporation des journalistes sénégalais, ce, au moment où au Sénégal, le Parlement a légiféré depuis juin 2017 pour qu'entre autres, seuls les journalistes dûment reconnus comme tel, puissent désormais exercer cette noble profession.»

Dans le document de protestation, le Synpics dit reconnaitre à la Cedeao son aptitude à inviter des citoyens aux travaux du Parlement, mais ne saurait laissez passer cette libéralité.

«Qu'il vous plaise, dans le cadre de votre Communication, d'inviter des citoyens à venir assister aux travaux du Parlement de la Cedeao, c'est votre droit le plus absolu.

Que vous décidiez de ne pas convier à ces joutes communautaires les vrais professionnels des medias des pays membres de la Cedeao, vous engage. Mais que vous vous rendez complice d'usurpation de fonction est une libéralité que le Syndicat des professionnels de l'information du Sénégal ne saurait laisser passer.»

«RECTIFIER PENDANT QU'IL EST TEMPS CETTE VIOLATION DE NOTRE INTEGRITE INTELLECTUELLE»

D'ailleurs, la lettre du Synpics sera transmise au président de l'Assemblée nationale du Sénégal ainsi qu'aux autorités locale ou communautaire qui en ont droit, non sans exiger une rectification pendant qu'il est temps.

«Je vous informe donc que cette note de protestation sera transmise au président de l'Assemblée nationale sénégalaise ainsi qu'à toute autorité locale ou communautaire qui y a droit.

Pour finir, la Commission de la Cedeao ainsi que l'administration de son Parlement n'étant pas au-dessus des lois, je vous prie de bien vouloir rectifier pendant qu'il est temps cette violation de notre intégrité intellectuelle par l'attribution du titre de journaliste au citoyen sénégalais Alioune Niang»

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.