Sénégal: Inondations, ressources naturelles, affaire Sainte Jeanne d'Arc - Macky, entre mille feux !

12 Septembre 2019

Les inondations notées au Sénégal, notamment à Dakar et sa banlieue et certaines régions intérieures du pays, suite aux pluies diluviennes enregistrées ces derniers jours, ne laissent personne indifférent.

Déplorant les importants dégâts et pertes subis par les milliers de sinistrés dénombrés un peu partout, la plateforme «Aar Li Nu Bokk», solidaire à ces derniers, invite le gouvernement à prendre des mesures urgentes pour mettre fin au calvaire de ces populations qui, en plus d'avoir subi des dégâts matériels, sont exposées à certains périls épidémiologiques.

Ousmane Sonko de Pastef/Les Patriotes, lui, dénonce la «politique désastreuse» du régime, «qui traduit l'incapacité de l'État à faire face aux vraies priorités», comme les inondations.

De son côté, le Secrétariat national des jeunes du Rewmi qui invite le gouvernement à «se pencher sérieusement sur le problème des inondations», demande la dissolution, sans délai, du Haut Conseil des Collectivités Territoriales (Hcct) et l'affectation de ses ressources à la prise en charge correcte de cette problématique.

Et face à ces préoccupations, le Chef de l'Etat, Macky Sall, a écourté son séjour de Brazzaville, où il devait participer à la 5ème édition du Forum "Investir en Afrique", pour réunir, ce jeudi 12 septembre, le Conseil des ministres avec au menu, entre autres, des urgences comme la question des inondations et l'affaire de l'ISJA

PLATEFORME «AAR LI NU BOKK» SUR LES INONDATIONS : «Prendre des mesures urgentes pour mettre fin au calvaire des populations»

L a plate-forme «Aar Linu Bokk» exprime sa solidarité aux populations sinistrées suite aux effets désastreux des pluies diluviennes enregistrés ces derniers jours un peu partout au Sénégal.

En conférence de presse, hier mercredi, ses membres ont invité le gouvernement à «prendre es mesures urgentes pour mettre fin au calvaire des populations qui, en plus d'avoir subi des dégâts matériels, sont exposées à certains périls épidémiologiques».

Diagnostiquant la situation, «Aar Li Nu Bokk» relève un lien entre la réalisation des ouvrages d'assainissement et la mal gouvernance des ressources naturelles.

«Les désastres provoqués par les pluies sont la conséquence de l'opacité caractéristique de la gestion de nos ressources naturelles, à l'origine du scandale non encore élucidé de Petro-Tim que ni la rhétorique incantatoire du gouvernement, ni la tactique du procédé dilatoire du procureur de la république ne doit faire oublier».

Pour «Aar Li Nu Bokk», «ce lien montre à quel point il est devenu nécessaire de réaliser la convergence des luttes et de hisser le combat au niveau pa- triotique requis pour mettre fin aux opérations manifestes de prédation des richesses nationales.

Opérations auxquelles se livre sans retenue le pouvoir actuel et pour exiger la transparence dans la gestion des ressources naturelles et l'affection efficiente et optimale des produits tirés de ces ressources aux besoins prioritaires du peuple sénégalais».

Suffisant pour que la plateforme appelle tous «les citoyens à renforcer l'exigence de la transparence et de justice sur les forfaitures du régime de Macky Sall.

Et demande une enquête indépendante et impartiale sur le scandale, par le procédé du fait accompli, de l'attribution de la concession d'exploration des blocs de Cayar et de SaintLouis offshore à Franck Timis, avec une emphase sur toutes les autres opérations a priori suspectes portant sur les ressources pétrolières, gazières et minières». D'ailleurs elle annonce la tenue d'un grand rassemblement, vendredi prochain à cet effet.

OUSMANE SONKO DENONCE LE BRADAGE DE NOS RESSOURCES : Une «politique désastreuse, qui traduit l'incapacité de l'État à faire face aux... inondations»

Dans un texte publié sur sa page facebook et dont une copie nous est transmis par le Secrétariat national à la communication de Pastef/Les Patriotes, le député Ousmane Sonko invite les Sénégalais à manifester contre le gouvernement de Macky Sall, qui s'emploie, selon lui, tous les jours, «à brader nos ressources, fragiliser notre économie et notre secteur privé au profit des entreprises et des lobbies étrangers».

Pour Sonko, «cette politique désastreuse, qui traduit l'incapacité de l'État à faire face aux vraies priorités (santé, éducation, emploi, inondations, sécurité...), entraîne quotidiennement des conséquences dramatiques sur nos vies.

Nos concitoyens les plus fragiles sont humiliés et laissés dans une précarité sans précédent. Cela ne peut plus durer», martèle-til.

C'est pourquoi, «nous devons non seulement lutter, mais surtout gagner la bataille contre la mal-gouvernance, la corruption d'Etat, le bradage des patrimoines nationaux et l'impunité», insiste encore le leader de Pastef/Les Patriotes.

Mieux, à vingtquatre heures (24h) du rassemblement nationale de la plate-forme «Aar Li Nu Bokk», prévu ce vendredi 13 septembre, le leader de Pastef/Les Patriotes, Ousmane Sonko, sonne la mobilisation, tendant la main à la jeunesse.

«Je lance donc un appel solennel à l'ensemble des organisations syndicales, associatives, politiques... J'appelle la jeunesse, les Sénégalais de tous bords, à contribuer à la réussite de la grande mobilisation nationale de la plateforme "Aar Li Nu Bokk" ce vendredi 13 septembre 2019».

PRISE EN CHARGE DES SINISTRÉSDES INONDATIONS : Les jeunes du Rewmi demandent la dissolution sans délai du Hcct

L es inondations notées dans plusieurs localités à travers certaines régions du pays, du fait des fortes pluies enregistrées ces derniers jours, ne laissent pas indifférent les jeunes du parti Rewmi d'Idrissa Seck.

Dans un communiqué rendu public hier, mercredi 11 Septembre, à la suite de la réunion de leur Secrétariat national sous la présidence de leur responsable, Mory Guèye, les jeunes du Rewmi sont montés au créneau pour «déplorer les désagréments atroces subis par les vaillantes populations sénégalaises et causés par les inondations depuis le début de l'hivernage».

Par ailleurs, ces poulains du candidat de la Coalition Idy 2019, lors de la dernière élection présidentielle, n'ont pas manqué de «condamner avec la dernière énergie l'incompétence du gouvernement à prendre correctement en charge les préoccupations essentielles du peuple sénégalais».

Invitant ainsi le gouvernement à «se pencher sérieusement sur le problème des inondations qui affectent principalement Dakar et sa banlieue et les régions de l'intérieur du Sénégal», Mory Guèye et ses camarades «demandent la dissolution, sans délai, du Haut Conseil des Collectivités Territoriales (Hcct).

Et l'affectation des ressources de cette institution dans la prise en charge correcte de cette problématique».

Se prononçant sur les autres faits de l'actualité nationale, le Secrétariat national des jeunes du Rewmi «exige du président Macky Sall la libération, sans délai, des otages politiques Khalifa Ababacar Sall et Adama Gaye et l'amélioration des conditions (de détention) carcérales de toutes les prisons du Sénégal notamment celle de la Maison d'arrêt de Rebeuss».

Macky écourte son séjour de Brazzaville et convoque un Conseil des ministres spécial, ce jour

Le Chef de l'Etat, Macky Sall, a écourté son séjour de Brazzaville, où il s'était rendu avant-hier, pour participer à la 5ème édition du Forum "Investir en Afrique".

Alors qu'il devait rentrer le week-end prochain, après avoir fait cap sur Ouagadougou pour assister au Sommet extraordinaire de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) sur le terrorisme, Macky Sall devrait rentrer finalement dans la soirée d'hier mercredi.

Selon les informations d'Emedia, il a d'ailleurs convoqué, ce jeudi 12 septembre 2019, à 11 heures, au Palais présidentiel, une réunion du Conseil des ministres qui se tient d'habitude les mercredis.

Au menu des échanges, nous souffle-t-on, quelques urgences de l'heure comme la question des inondations qui préoccupent au plus haut point les populations de certaines localités comme Rufisque.

Autre sujet brûlant de l'heure, le débat sur l'interdiction du port du voile à l'Institut Sainte Jeanne d'Arc (ISJA) devrait également être abordé. Pour une position définitive de l'Etat sur la question ?

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.