Ile Maurice: Chagos - Les propos du pape François, un argument de taille pour récupérer l'archipel

12 Septembre 2019

«Lorsque nous reconnaissons les organisations internationales ainsi que leur capacité à donner un jugement, par exemple, le tribunal international de la Haye ou les Nations unies, notre devoir est d'obéir lorsqu'elles rendent leur jugement.» Ces paroles rapportées par le Vatican News, sont du pape François qui répondait à une question de Jean Luc Mootoosamy pour Radio One, dans l'avion le ramenant de Tana à Rome.

La partie mauricienne considère que cette déclaration apporte un poids additionnel à la lutte pour que Maurice récupère sa souveraineté sur l'archipel. Plusieurs sources du gouvernement estiment que la position du pape influera certainement sur la posture adoptée jusqu'ici par le Royaume-Uni. Surtout que, dans sa réponse au journaliste mauricien, le pape François explique que souvent, lorsque les occupants d'un territoire acceptent d'accorder l'indépendance, c'est contre quelque chose d'autre.

Contacté hier après-midi, Me Philippe Sands, Lead Counsel de Maurice sur le dossier Chagos, soutient que la déclaration du pape sera entendue et, mieux encore, respectée. «The Pope joins the world, and now leads it, in calling for respect for the rule of law and decisions of international bodies, and the immediate end to an illegal act of occupation by the UK, so as to allow the Chagossians to return to their homes and Mauritius to exercise its sovereignty. With his great moral authority, the Pope makes a real difference, and he will be heard.» Du côté des membres du Groupe réfugiés Chagos, leur leader, Olivier Bancoult, exprime depuis deux ans déjà la satisfaction d'avoir «le Vatican comme allié» à la cause chagossienne.

Nous avons tenté de savoir comment la déclaration du pape a été accueillie par les Britanniques. Pour le moment, la British High Commission n'a fait aucun commentaire mais il ne faudrait pas écarter une réaction du Foreign Office à Londres, dans les jours à venir. Une source proche du dossier estime, toutefois, que les développements politiques au Royaume-Uni font que le dossier Chagos a été pour l'heure relégué au second plan. Elle affirme aussi que les Britanniques ne sont pas insensibles au fait que le pape n'ait pas fait sa déclaration de manière officielle. «On ne sait pas si on peut parler de prise de position. Le pape François aurait pu de lui-même évoquer la question à la State House. C'était l'endroit idéal s'il voulait prendre position. Mais il l'a fait lorsqu'un journaliste mauricien lui a posé la question alors qu'il retournait à Rome», soutient notre source.

Trois parlementaires britanniques ont visité l'archipel

Trois parlementaires, Catherine West, Andrew Rosindell et Daniel Kawczynski, ont visité l'archipel des Chagos à la fin d'août cette année. C'est ce que rapporte The Guardian dans son édition d'hier. L'article parle de visite secrète du All-Party Parliamentary Group (APPG) aux Chagos. Une visite qui officiellement devrait permettre aux parlementaires de voir si un relogement des Chagossiens est vraiment possible. À Maurice, une source indique que la British High Commission était au courant de la visite. «Il s'agissait de voir comment fonctionne l'administration du British Indian Ocean Territory plutôt».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.