Centrafrique: L'ONU assouplit l'embargo sur les armes en RCA

12 Septembre 2019

Le Conseil de sécurité a adopté à l'unanimité une nouvelle résolution sur la République centrafricaine. Les sanctions vont être assouplies, notamment l'embargo sur les armes.

Le conseil de sécurité vient de répondre à une demande de longue date des autorités centrafricaines.

En vigueur depuis six ans, l'embargo sur les armes sera donc assoupli. Certains calibres d'armes, notamment, ne seront plus soumis à autorisation.

Et cela représente un soutien fort pour la paix, selon l'ambassadeur de France à l'ONU.

"Cette décision est essentielle pour la mise en place de l'accord de paix signé en février", a expliqué Nicolas de Rivière à New York.

"La résolution va permettre aux forces armées centrafricaines de mieux assurer la sécurité dans le pays, au grand bénéfice des citoyens."

Inquiétudes après les violences dans le nord-est de la RCA

Les quinze membres du Conseil de sécurité ont également dénoncé les récentes violences dans le nord-est du pays, à Birao, qui ont fait une vingtaine de morts et plus de 13.000 déplacés.

Les autorités centrafricaines se sont longtemps alarmées de la montée en puissance des groupes armés qui contrôlent une grande partie du territoire et de l'impuissance des forces centrafricaines affaiblies par des années de guerre civile.

La représentante permanente de la République centrafricaine à l'ONU, Ambroisine Kpongo, s'est félicitée de l'allègement de l'embargo, tout en appelant les pays de la région à renforcer les contrôles aux frontières.

"La résolution qui vient d'être adoptée est un pas dans la bonne direction vers une levée partielle et, pourquoi pas, totale de l'embargo sur les armes. Mon pays fonde cet espoir parce que les rapports de force sur le terrain sont en défaveur de l'État centrafricain au regard des acquisitions d'importantes quantités d'armes, de munitions et de moyens logistiques par les groupes armés."

Les membres du Conseil de sécurité précisent toutefois que les sanctions individuelles sont maintenues, notamment dans le cas de violences sexuelles. Ils appellent les groupes armés à respecter le processus de paix.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.