Congo-Brazzaville: Coopération sanitaire - Le CNTS et l'Etablissement français du sang désormais partenaires

La convention signée récemment à Paris prévoit que la partie française aidera le Centre national de transfusion sanguine (CNTS) du Congo à reformer son système en prenant en compte la formation du personnel et la recherche scientifique.

Le partenariat entre le CNTS et l'Etablissement français du sang repose sur plusieurs axes de collaboration comme le veut la réforme envisagée du système transfusionnel congolais pour mieux répondre aux besoins en produits sanguins. En effet, chaque année au Congo, 40% de femmes meurent d'hémorragie liée à la grossesse par manque de sang.

Dans plus de 50% des cas, les enfants meurent d'anémie liée au paludisme et le manque de sang est incriminé. Les défis à relever pour le CNTS sont énormes. C'est pourquoi, la partie française lui apportera assistance dans la mise en place de la démarche qualité, l'acquisition des équipements et la métrologie.

La métrologie, indiquons-le, est la science des mesures. Elle permet la certification des réactifs, facilite les analyses de biologie médicale, évalue les incertitudes de mesure par utilisation des résultats des contrôles qualité...

Par ailleurs, l'Etablissement français du sang va contribuer à la formation du personnel médical, paramédical, technique de l'ensemble du réseau transfusionnel congolais. Les deux parties vont également développer des projets de recherche dans le domaine de la transfusion sanguine.

Il est prévu dans ce sens, l'accueil des agents, étudiants, chercheurs et doctorants dans les différents services et laboratoires de l'Etablissement français et du CNTS. L'exécution des programmes de recherches sera ainsi favorisée, l'encadrement s'effectuera aussi bien en France qu'au Congo.

Les parties signataires vont s'informer sur le programme de travail et d'autres aspects qui peuvent faire l'objet d'une collaboration d'un commun accord. Les termes du partenariat soulignent que la réalisation des actions mentionnées plus haut nécessitant un engagement des moyens financiers est conditionnée à l'accord de la partie qui exposera des frais.

En rappel, à l'occasion de la célébration de la Journée mondiale du donneur de sang, le 14 juin dernier, le Premier ministre, Clément Mouamba, avait indiqué que le gouvernement, avec l'appui de ses partenaires techniques et financiers, travaille dans la perspective de la mise en place d'une politique nationale de transfusion sanguine et de l'élaboration d'un cadre législatif devant promouvoir la qualité, la sécurité du sang et des produits sanguins ainsi que l'uniformité de l'application des normes. Tout donne à croire que la convention qui vient d'être signéE entre le CNTS et l'Etablissement français du sang va dans ce sens.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.