Angola: L'avocat du général "Zé Maria" réfute les accusations du ministère public

Luanda — L'avocat du général angolais, António José Maria dit « Zé Maria », a réfuté jeudi, devant la Cour suprême militaire de Luanda, les accusations du Ministère public et l'ordonnance de non-lieu faites contre son client, les qualifiant d' « inconstitutionnelles ».

Plaidant la cause de l'accusé, l'avocat Sérgio Raimundo a estimé que l'accusation n'a pas été faite conformément aux « présuppositions relatives à l'instruction contradictoire, à la présomption de l'innocence et au droit à un jugement juste ».

Intervenant lors de la première séance de jugement, l'avocat a qualifié de forgée la fouille faite au siège de la fondation « Eduardo dos Santos » (FESA), étant donné qu'à ce temps là, ni l'accusé ni son représentant n'avaient été notifiés.

D'autre part, l'avocat a souligné qu'en aucun moment l'accusation mentionnait la quantité des documents détournés.

Selon l'avocat, la Loi stipule qu'un document militaire a un caractère secret pour 25 ans. Dépassée cette période, le document devient un objet d'étude, a-t-il dit, soulignant que c'est juste ce qu'a fait son client.

D'après l'avocat, le général Zé Maria voulait donc faire connaître au monde l'origine de la bataille de Cuito Cuanavale (province de Cuando Cubango), qui a eu lieu depuis plus de 30 ans.

Assigné en résidence depuis le 17 juin 2019, l'ex-chef du Service de renseignement militaire et de sécurité est accusé des crimes de désobéissance et de détournement des appareils ou objets contenant des informations à caractère militaire.

Selon le ministère public, quand le général Zé Maria a appris, en novembre 2017, par le biais du ministre de la Défense nationale, Salviano Sequeira « Kianda », qu'il allait être démis de ses fonctions puis envoyé en retraite, l'ex chef du service de renseignement militaire a alors détourné lesdits documents, appareils et objets contenant des informations à caractère militaire.

Ces documents secrets, émanant des autorités sud-africaines, ont coûté plus de deux millions d'USD à l'Etat angolais.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.