Congo-Kinshasa: Riposte contre Ebola - Les leaders religieux réfléchissent sur les nouvelles stratégies

La lutte contre l'épidémie dépasse à présent le contexte sanitaire, demandant une appropriation communautaire qui implique notamment la mise en place d'autres stratégies. C'est ce qui explique l'ouverture, le 11 septembre, à Goma dans la province du Nord-Kivu, d'une table ronde qui met en présence onze confessions religieuses pour cogiter sur les nouvelles pistes d'action.

Initiées par Caritas Congo sous le haut patronage de la Conférence épiscopale nationale du Congo, avec l'appui financier de Cafod et de l'Anglican Alliance, en partenariat avec Misereor, Cordaid, CRS et Trocaire, la table ronde est un cadre d'échange en vue de faciliter un dialogue entre les leaders religieux et renouveler leur engagement contre Ebola.

Dans son mot de bienvenue, Mgr Willy Ngumbi, évêque de Goma, a souligné : « L'épidémie de la maladie à virus Ebola qui sévit actuellement en RDC, plus particulièrement dans les provinces du Nord-Kivu, de l'Ituri et du Sud-Kivu, constitue une menace pour le peuple de Dieu qui est au Congo, et un défi pour nous, confessions religieuses, à qui l'Eternel Dieu a confié la garde spirituelle de son peuple ».

Pour sa part, a indiqué l'évêque anglican, Mgr Désiré Mukanirwa, « Les leaders religieux, conscients de leur responsabilité dans la société, ont jugé urgent de se mettre autour d'une table à Bukavu, Bunia, Butembo et aujourd'hui à Goma, pour évaluer leurs contributions à la riposte définie par l'Autorité sanitaire nationale et identifier de nouvelles pistes d'actions afin d'éradiquer cette maladie ». Il a reconnu, par ailleurs, que l'implication des confessions religieuses dans la riposte à cette menace reste parmi les meilleures armes pour convaincre la population à s'approprier les bonnes pratiques et attitudes afin de mettre fin à ce fléau meurtrier.

La ministre provinciale du Genre, famille, enfants, jeunesse, prévoyance sociale et travail, Hasan Fatuma Sheila, qui a ouvert les travaux au nom du gouverneur du Nord-Kivu, a indiqué qu'Ebola est un réel problème de santé publique dans le pays, notamment dans cette province. Elle a remercié les différentes communautés religieuses qui sont en train de faire de leur mieux pour faire comprendre à la population ou à leurs fidèles que la maladie est guérissable si elle est détectée et prise en charge à temps. « Nous les encourageons ainsi à continuer dans la même ligne et appelons toute la population à s'impliquer activement dans la riposte contre cette maladie tout en respectant les mesures préventives, dont le lavage de mains à l'eau chlorée ou avec du savon dans tous les lieux où des dispositifs appropriés sont accessibles », a-t-elle conseillé.

La première journée s'est achevée par l'exposé du représentant-pays de Cafod, Bernard Kateta Balibuno, intitulé « La place des confessions religieuses dans la riposte ». Bien avant lui, Justus Nsio Mbeta, chef de division Grandes épidémies au ministère de la Santé publique, a entretenu les participants sur « L'état des lieux de la situation épidémiologique de la maladie à virus Ebola à l'est de la RDC ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.