Maroc: En Côte d'Ivoire, la télémédecine révolutionne la prise en charge des malades du cœur

13 Septembre 2019

"Un ouf de soulagement!" pour les malades du coeur en Côte d'Ivoire : le développement de la télémédecine, qui permet d'effectuer à distance des diagnostics et de prescrire des traitements, change la donne en simplifiant la prise en charge des patients.

"Entre le transport, la nourriture et l'hébergement", qui s'ajoutent au coût de la consultation (3 à 5.000 francs CFA, soit 4,50 à 7,50 euros), venir régulièrement à l'hôpital pour faire soigner son fils cardiaque de 19 ans occasionne des frais élevés pour Catherine Coulibaly, alors que la famille n'a que des revenus modestes. La vie de plusieurs milliers de patients comme la famille Coulibaly a changé avec la mise en place d'un service pionnier de télémédecine au Centre hospitalier universitaire de Bouaké, en train de s'étendre à tout le nord de la Côte d'Ivoire.

La télémédecine, "c'est un ouf de soulagement pour la population de Bouaké, de Boundiali, de Korhogo, de tout le monde", témoigne Auguste Dosso, président de l'Association "P'tit coeur", qui aide les familles des petits cardiaques.

A l'origine du projet, le docteur Florent Diby, cardiologue au CHU de Bouaké, a créé une ONG, "Wake Up Africa", pour promouvoir dans son pays la technologie de la télémédecine, déjà largement utilisée dans le monde mais très peu en Afrique de l'Ouest.

Améliorer les soins aux patients cardiaques est en effet devenu une question de santé publique dans cette région. "On observe dans notre pratique quotidienne une émergence des maladies cardiovasculaires. On pense que c'est dû aux changements de mode de vie: l'urbanisation qui rend la population plus sédentaire, la hausse de la consommation de tabac, les changements dans l'alimentation, le stress... Il y a une explosion des maladies comme l'hypertension ou le diabète", autrefois des maladies de pays riches, explique le Dr Diby.

"Un quart de la population ivoirienne est aujourd'hui touchée par l'hypertension, contre seulement 13% dans les années 1980", précise-t-il. Soit un taux comparable à la France.

Mais seulement moins de la moitié des malades ivoiriens sont traités, faute d'infrastructure de soins suffisantes. "90% des infarctus peuvent être diagnostiqués par la télémédecine. Pour nous cardiologues, c'est une technologie révolutionnaire", se félicite le Dr Diby.

Les unités de cardiologie bien équipées sont rares en Côte d'Ivoire (Abidjan, Yamoussoukro et Bouaké), d'où l'idée de miser sur la médecine à distance. En pratique, ni le médecin ni le patient ne se déplacent plus. Le patient cardiaque réalise un examen, comme un électrocardiogramme, avec l'aide d'un technicien dans un centre de santé local, relié par ordinateur au service de cardiologie du CHU de Bouaké. Le cardiologue du CHU peut voir les résultats en temps réel, les interpréter, délivrer un diagnostic et prescrire un traitement.

Lancé il y a cinq ans, le projet mené par Wake Up Africa a déjà permis de relier dix centres de santé. Il entre désormais dans une nouvelle phase, avec l'objectif de relier un pool de sept cardiologues de Bouaké à 20 centres de santé et donc de couvrir une large partie du nord et de l'ouest de la Côte d'Ivoire.

Le service de cardiologie du CHU de Bouaké a soigné l'an dernier 4.800 patients dans ses locaux, et autant grâce au réseau de télémédecine. Avec l'extension du réseau, ce sont 14.000 patients de plus par an qui pourront être pris en charge, se réjouit le Dr Diby. "La télémédecine permet de résoudre le problème des déserts médicaux et du manque d'expertise médicale" dans le pays.

Elle offre donc "un meilleur accès aux soins pour les patients", particulièrement pour les familles qui devaient engager des frais importants pour venir à l'hôpital, explique le Dr Diby.

Quelque 45% de la population ivoirienne vit sous le seuil de pauvreté, selon la dernière estimation de la Banque mondiale, en 2017. Et le salaire minimum mensuel - pas toujours respecté - ne se monte qu'à 60.000 FCFA (90 euros), dans ce pays où il n'existe pas d'assurance maladie publique.

Expertise France, l'agence française de coopération technique internationale, subventionne l'extension du réseau de télécardiologie à hauteur de 185.000 euros pour payer le matériel informatique nécessaire (ordinateurs, tablettes, logiciels d'intelligence artificielle, connexion Internet). "C'est un projet stratégique. Dans cette région, la télémédecine est une solution d'avenir", estime l'ambassadeur de France en Côte d'Ivoire Gilles Huberson.

Au CHU de Bouaké, le service de cardiologie, devenu trop exigu, va se développer grâce à la création d'un Institut de cardiologie de 12.000 m2, qui devrait ouvrir ses portes d'ici deux à trois ans. Le Dr Diby prône maintenant une extension de la télémédecine à d'autres spécialités médicales : neurologie, ORL, néphrologie, psychiatrie... non seulement en Côte d'Ivoire mais dans toute l'Afrique de l'Ouest.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.