Cote d'Ivoire: Ponts, échangeurs, nouvelles voies - L'autre pan de la fluidité

12 Septembre 2019

Pour la fluidité du transport routier à Abidjan, le Président Ouattara, on peut le dire, a mis les bouchées doubles. Depuis son arrivée au pouvoir, rien n'a été laissé au hasard quant aux infrastructures routières à Abidjan.

La capitale économique du pays étouffait par ses encombrements, ses routes impraticables.

Aux premières heures de son pouvoir, Alassane Ouattara a pris le problème à bras le corps. Un plan d'urgence pour les infrastructures, dans le cadre du Ppu (Programme présidentiel d'urgence) a été mis en place.

Des études ont été commandées pour identifier, plus techniquement, les causes réelles de l'engorgement. Le cas d'Abidjan étant assez particulier. Ces études ont permis de dégager plusieurs facteurs qui interviennent dans la congestion.

Le premier, le dépassement des capacités des infrastructures routières. L'étude menée par l'Etat en liaison avec la Jica (Agence japonaise de coopération internationale) a validé un schéma directeur du grand Abidjan. Au sein duquel il y a le schéma directeur des transports au niveau d'Abidjan.

Il s'est agi de faire une évaluation du nombre de personnes qui circulent. Pourquoi elles se déplacent ? Et comment elles se mettent en mouvement ?

La réponse à ces questions a donné le plan de déplacement urbain. Cela a permis au gouvernement d'opérer les meilleurs choix pour le déplacement des populations au niveau d'Abidjan.

Le métro d'Abidjan, solution durable

Avec les différentes études et la volonté du Chef de l'Etat de régler le problème d'Abidjan à la fois pour les habitants d'aujourd'hui et les générations futures, le choix évident s'est fait : offrir à Abidjan des lignes de métro.

Comme toutes les grandes métropoles. Ce projet de réseau ferroviaire de transport urbain, les Abidjanais y ont rêvé. Ouattara va le leur offrir.

Un métro aérien conçu autour de deux lignes, une première ligne de la commune d'Anyama jusqu'à celle de Port-Bouët, en passant par le Plateau et une deuxième ligne qui reliera Yopougon à Bingerville.

Avec 37 kilomètres de voie, la première ligne représente un projet de très grande ampleur, comparable aux métros des grandes capitales mondiales.

Des routes, des ponts et des échangeurs

Dans une mégalopole de plus de 5 millions d'habitants, la question de la mobilité est cruciale.

Le Président Ouattara a orienté son gouvernement vers la création de nouvelles routes, l'entretien des voies dégradées et l'ouverture de nouvelles routes entre les communes. Résultats : des ponts entre Marcory et Cocody, entre Adjamé et Yopougon (les 3e et 4e ponts).

Des quartiers comme Riviera Palmeraie ou Abobo Anador qui étaient difficilement accessibles ont été "bourrées » » de routes. Le carrefour de la Riviera II qui était un cauchemar s'est vu offrir un tunnel, le premier du pays.

D'autres infrastructures, tels les échangeurs du carrefour Solibra à Treichville, du carrefour Samanké à Abobo ainsi que ceux prévus sur la route de Bingerville, ont été intégrées à ce grand plan de décongestion.

Le Président Ouattara veut éviter aux générations futures ce que nous avons vécu : le calvaire lié au dépassement de la capacité de la voirie.

Parce que certains investissements qui devraient être faits, il y a 20, 25, 30 ans, ne l'ont pas été. Aujourd'hui, à travers plusieurs projets, le gouvernement est en train de rattraper tout ce retard.

L'autre volet est la signalisation. Quand elle n'est pas bonne, cela entraîne beaucoup d'hésitations au volant et fini par créer des bouchons. Parce qu'on n'est pas bien orienté. Ce n'est pas évident qu'on pratique toujours les mêmes itinéraires.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.