Cameroun: Procédures douanières - La CEMAC parle d'une seule voix

En ouvrant la rencontre annuelle des directeurs généraux des douanes d'Afrique centrale jeudi 12 septembre 2019 à Yaoundé, le ministre camerounais des Finances a préconisé le travail en partenariat.

Afin de rendre les actions des administrations douanières de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (Cemac) plus efficaces, quelques pistes de solutions ont été proposées. La première réside dans la collaboration entre les administrations douanières, mais également avec les autres organismes publics ou privés. Un partenariat franc avec le secteur privé qui va contribuer à une meilleure compétitivité des entreprises de la zone, à l'ère de la mise en oeuvre de la Zone de libre échange continentale africaine (Zlecaf).

Le ministre des Finances (Minfi), Louis Paul Motaze, l'a relevé hier, 12 septembre à Yaoundé, alors qu'il présidait la réunion de relance des activités de la rencontre annuelle des directeurs généraux des douanes de la Cemac suspendue depuis 14 ans. « Dans ce cadre, un niveau de collaboration élevé avec les administrations fiscales semble impératif », a-t-il indiqué.

Prenant l'exemple sur le Cameroun, il a indiqué que la coopération entre l'administration fiscale, et l'administration douanière a permis d'assainir et de sécuriser le fichier des contribuables dont les insuffisances favorisaient des pertes de recettes.

Tout en saluant la remise sur les rails de ce cadre de concertation, le Minfi a fait savoir que ces travaux se tiennent au moment où la sous-région Cemac fait face à d'importants défis qui interpellent l'ensemble des administrations douanières. Notamment, la conduite harmonieuse des programmes économiques et financiers conclus avec le Fonds monétaire international qui implique la mise en oeuvre satisfaisante de critères relevant de la compétence des administrations douanières.

Autre instrument qui aura un impact sur les missions douanières, c'est l'entrée en vigueur, au mois de juillet dernier, de l'accord instituant la Zlecaf. Il est donc question que les acteurs impliqués se préparent afin de tirer avantage de ce processus. Il faudra également bannir les blocages observés sur le terrain. Notamment les cas de taxations irrégulières de produits d'origines Cemac qui impactent négativement la confiance des créateurs de richesse.

Avec des échanges intracommunautaires estimés à moins de 3%, la Cemac a encore d'importants défis à relever dans le domaine de l'intégration, comme le contrôle des changes.

Pour sa part, le directeur général des douanes camerounaises a parlé de la nécessaire fluidification du transit entre les différents pays de la zone, de l'effectivité de la libre circulation des biens, des capitaux et des personnes. « Il est aussi question d'harmoniser le système de tarif extérieur, de même que rendre public le code des douanes de la Communauté économique », a conclu Fongod Edwin Nuvaga.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.