Cameroun: Santé à l'école - On déparasite les élèves

Le lancement d'une campagne conjointe Minsanté-Minedub s'est déroulé le 11 septembre dernier à Makénéné, département du Mbam-et- Inoubou

L'Ecole publique bilingue de Baloua à Makénéné, département du Mbam-et-Inoubou, région du Centre, a connu une grande affluence mercredi 11 septembre 2019. C'était à la faveur du lancement de la deuxième phase de la Campagne nationale 2019 de déparasitage des enfants en âge scolaire, par le secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Santé publique chargé de la lutte contre les épidémies et endémies, Alim Hayatou.

En présence du secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Education de base, Asheri Kilo et des partenaires techniques et financiers des deux départements ministériels. L'objectif de cet événement est de déparasiter 3,8 millions d'enfants d'âge scolaire, scolarisés ou non dans six régions ciblées du pays : Adamaoua, Centre, Est, Extrême-Nord, Nord et Ouest, avant le 30 septembre prochain.

Il s'agit concrètement de mettre tous les enfants à l'abri de la bilharziose et des vers intestinaux. Surtout qu'en cette période de reprise des classes, ces parasites pourraient constituer des freins à l'éducation avec des conséquences comme un retard de croissance, une baisse de développement intellectuel, l'anémie et l'augmentation du risque d'infection par d'autres germes.

Pour cette opération, la prise des médicaments tels que Praziquantel pour la bilharziose et le Mebendazole (500mg) ou l'Albendazole (400mg) pour les vers intestinaux seront administrés en dose unique dans les régions ciblées.

Toutefois, une bonne dose d'hygiène s'impose. Pour éviter la bilharziose et les vers intestinaux, il est recommandé entre autres, d'utiliser les latrines pour éviter aux enfants de déféquer ou d'uriner dans l'eau, de ne pas consommer des eaux contaminées, de se laver les mains avant de manger, de ne pas marcher pieds nus.

Pour Alim Hayatou, cette lutte est importante. « Les vers intestinaux touchent 10 millions de Camerounais et la bilharziose plus de deux millions. Les enfants en âge scolaire de 5 à 14 ans constituent le groupe vulnérable le plus atteint par ces infections chez ces enfants », a-t-il confié.

De récentes études révèlent une réduction globale de plus de 90 % des cas des vers intestinaux, contre 70% de bilharziose au Cameroun. Si des avancées sont perceptibles, il reste néanmoins des poches de résistance à forte concentration dans les départements du Mbam-et-Inoubou, du Moungo et de la Mémé. D'où le choix de Makénéné pour abriter la cérémonie de lancement de la deuxième phase de la Campagne de déparasitage.

Le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Education de base a demandé aux élèves d'être des artisans de la lutte contre l'insalubrité dans les écoles. Lors de la première campagne qui s'est déroulée en janvier et février dernier, il ressort que plus de trois millions de personnes ont été traitées contre les vers intestinaux et plus de quatre millions contre la schistosomiase.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.