Cameroun: Enseignements secondaires - La digitalisation au bout des doigts

Le paiement numérique des frais de scolarité et le fonctionnement des centres de ressources multimédias au menu d'un forum mercredi, 11 septembre 2019.

Trois centres d'intérêt ont meublé la rencontre organisée le 11 septembre dernier par le ministre des Enseignements secondaires, Pr Nalova Lyonga : l'enseignement technique, le processus de numérisation des enseignements secondaires et l'inscription des élèves déplacés internes. La part belle des travaux du forum a été accordée aux mécanismes de paiement des frais exigibles par voie numérique.

Sur ce point saillant, les délégués régionaux du Sud-Ouest, du Nord-Ouest et du Littoral, ainsi que les responsables d'établissements ont eu droit à une formation théorique et pratique sur ce processus. Une session dirigée par un des acteurs du processus, l'opérateur Mtn, en présence des trois autres (Express Union, Campost et Uba) sous la supervision du Pr Nalova Lyonga. Téléphone en main, les participants ont exécuté, étape par étape, le processus de paiement.

Après un an de mise en oeuvre, l'initiative, qui présente quelques difficultés, est appréciée par les usagers. « L'initiative prise par le Minesec est très bonne. Les opérateurs devraient cependant améliorer leurs applications, en nous permettant par exemple d'avoir des informations sur le solde », a suggéré Pascal Blaise Fopoussi Tchoumo, président du conseil d'établissement du lycée de Bobongo, par Bonabéri.

Des sessions de formations similaires vont être organisées d'ici quelques jours dans les chefs-lieux de région. Quant aux 74 centres de ressources numériques installés dans certains établissements du pays, le secrétaire d'Etat aux Enseignements secondaires, Boniface Bayaola a dressé un état des lieux de ceux-ci, ainsi que les difficultés de fonctionnement auxquelles ils sont confrontés.

Au sujet de l'enseignement technique, le Pr Nalova Lyonga a saisi l'occasion pour rappeler que c'est cet ordre d'enseignement qui crée davantage d'emplois, comparativement à l'enseignement général. D'où la nécessité d'y orienter le plus grand nombre d'enfants en vue de l'émergence effective du Cameroun. Le Minesec est revenu sur le respect scrupuleux de ses instructions relatives à l'admission de tous les élèves déplacés internes dans les établissements. Il s'agit, entre autres, des questions d'afflux et d'absence de frais de scolarité qui ne doivent faire l'objet d'aucun débat. L'admission de ces enfants est prescrite comme priorité absolue

Lire aussi : Made in Cameroon : pour des produits plus visibles

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.