Congo-Brazzaville: Revendications professionnelles au BCBTP - Les parties en conflit conviennent d'un règlement à l'amiable

Après plusieurs heures de négociations, un protocole d'accord a été signé, le 12 septembre à Brazzaville, entre la direction générale du Bureau de contrôle du bâtiment et des travaux publics (BCBTP) et le collectif des travailleurs.

Après s'être consentis de mutuelles concessions, la direction générale et les représentants du collectif des travailleurs de la structure ont convenu de mettre un terme amiable aux différents points contenus dans le cahier de revendications professionnelles et collectives.

Aux termes des négociations, conduites sous la houlette du directeur de cabinet du ministre de l'Equipement et de l'entretien routier, Frédéric Manienze, il a été établi un calendrier prévisionnel de règlement de salaires. Sur les sept mois de salaires impayés, deux seulement seront payés. Dans dix jours ouvrables, à compter de la date de signature du protocole d'accord, un premier salaire sera reversé au personnel. Le second devra, selon les termes de l'accord, suivre courant la première quinzaine du mois d'octobre. « Les parties sont tenues au strict respect des présentes clauses qui sont irrévocables », souligne le document.

« Avec la conjoncture économique actuelle, il serait difficile pour le moment que la société paie les sept mois d'arriérés. Au moins, la direction du BCBTP a pris l'engagement de payer deux mois aux agents, dans l'écart d'un mois. Le reste des salaires sera payé au fur et à mesure que la société va retrouver une stabilité financière », a affirmé Joseph Mpela, directeur départemental du Travail.

Après le paiement de ces deux mois, les parties se retrouveront pour apprécier l'exécution de la première phase avant d'envisager d'autres engagements.

Au nombre des revendications figure en bonne place l'établissement d'une preuve de paiement. Les agents du BCBTP demandent à l'administration de mettre à leur disposition des bulletins individuels de paie lors de chaque paie. Pour régler le différend sur la rémunération et accessoires, une commission bipartite direction/travailleurs, chargée d'évaluer l'ensemble de la dette sociale et d'étudier les modalités d'apurement, a été mise en place, en tenant compte de la viabilité économique et financière de l'entreprise.

Suite aux doléances contenues dans le cahier de revendications, il a également été convenu d'engager des pourparlers aux fins d'examiner les éléments de ce différend et de rechercher les voies et moyens d'une solution de rapprochement, leur permettant d'éviter l'altération du climat social et des relations professionnelles.

Pour plus de transparence et de traçabilité, les deux parties tablent sur la gouvernance financière et la préparation des termes de référence (TDR) des audits. A propos, le collectif des travailleurs exige que le staff du BCBTP prépare les TDR afin que, dès que les capacités financières le permettront, ce qui n'exclut pas le contrôle de la tutelle, les audits soient menés.

Ces pourparlers ont également mis un accent sur l'instauration d'un dialogue social aux fins d'assurer un meilleur climat social ; le rétablissement des représentants syndicaux et des délégués du personnel dans l'exécution de leurs attributions.

L'issue de ces négociations laisse entrevoir des perspectives peu florissantes au rythme de la réalité économique du pays. Ainsi, pour veiller à l'exécution des accords contenus dans ce protocole, un comité de suivi a été mis en place.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.