Cote d'Ivoire: Konaté Navigué (FPI) - "Nous ne nous sentons pas concernés par le meeting de l'opposition"

14 Septembre 2019

Invité par le Forum de la société civile de l'Afrique de l'Ouest-section Côte d'Ivoire (Foscao-ci), Konaté Navigué, président de la jeunesse du Front populaire Ivoirien (Fpi), proche d'Affi N'Guessan, s'est prononcé sur les questions brûlantes de l'actualité politique en Côte d'Ivoire.

C'était le vendredi 13 septembre 2019, à Abidjan-Cocody, au lancement d'une campagne de plaidoyer et de signature de pétition par la jeunesse des partis politiques de la charte ivoirienne pour la responsabilisation politique des jeunes.

Parlant du meeting organisé par l'opposition ce samedi 14 septembre, au Parc des sports de Treichville, Konaté Navigué a indiqué qu'étant dans l'opposition, son parti ne se sent pas concerné. « Nous n'avons pas été saisis. Nous ne sommes pas invités donc nous ne nous sentons pas concernés par cette activité. Mais comme l'actualité étant dynamique, il se peut que dans l'avenir nous soyons partie prenante dans une plateforme », a-t-il indiqué.

Il soutient toutefois que l'opposition est condamnée à se mettre ensemble. Mais à une condition. « Nous respectons les formes, l'opposition doit se mettre ensemble tout en respectant les uns et les autres dans la dynamique d'une lutte qualitative », a-t-il dit. Mais selon lui, « si l'opposition s'entremêle et qu'elle est dans les intrigues, elle fait le jeu du pouvoir et c'est cela qui est déplorable ».

Konaté Navigué a saisi l'occasion pour parler de la relation entre l'ex-président Laurent Gbagbo et le président Affi N'Guessan qui connaît des hauts et des bas en ce moment. « Forcément, ils vont se retrouver. Ce sont deux personnalités qui marchent ensemble depuis 1986. Cela fait 33 ans qu'ils collaborent. Chacun connaît son camarade mieux que nous. Ils se connaissent et ils trouveront un point de rencontre. Dans ce genre de situation, il peut avoir des échecs à des étapes mais l'essentiel c'est de voir où on va et je pense qu'ils vont se retrouver, se parler pour aplanir les différends et les incompréhensions », a-t-il confié.

Abordant la question de la recomposition de la Cei qui suscite beaucoup de débats en Côte d'Ivoire, a-t-il affirmé, « elle n'est pas parfaite. Loin de nous l'idée de dire qu'elle est parfaite. Elle aurait été indépendante absolument loin du sérail de la gouvernance, cela aurait été l'idéal. Mais cela ne peut s'obtenir automatiquement. Elle est en phase de progression, d'évolution mais, nous disons qu'aujourd'hui elle est mieux équilibrée qu'elle était hier et c'est cela qui est important. Dans une négociation, on ne peut pas tout obtenir et l'Etat ne peut pas donner à l'opposition un instrument comme la Commission électorale indépendante. L'opposition ne peut pas tout arracher au pouvoir. C'est donc de concession en concession qu'on peut parvenir à parfaire la Cei. J'inscris cela dans un processus... »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.