Congo-Brazzaville: Le changement de profession n'est pas toujours avantageux !

Sans formation digne de ce nom, il est difficile qu'un enseignant devienne un agent efficace des douanes et inversement. De même qu'un infirmier sans un nouveau « façonnage pointu » ne peut se transformer en un banquier.

Alors pourquoi la course au changement inopportun des carrières et de façon abusive tend à devenir, ces derniers temps, un plat que la plupart des travailleurs veulent déguster ? Encore que si l'on n'a pas pu s'insérer dans la nouvelle profession, le dysfonctionnement professionnel peut apparaître. C'est regrettable!

Nous ne parlons pas ici des mobilités professionnelles internes consistant à gravir des échelons ou à changer de fonction au sein d'une même entreprise. Nous parlons plutôt de la triste réalité qui tend à se généraliser et à devenir un vice comportemental : changer coûte que coûte de profession pour gagner mieux.

Quoique l'organisation du travail admette que tout travailleur qui le désire, par des voies appropriées et officielles, peut changer de carrière ou de profession, il est constaté que beaucoup de travailleurs de structures diverses déferlent, ces derniers temps, par vague, vers les services tels que les impôts, les banques, les commerces, les hydrocarbures, les finances en quittant brutalement certaines corporations liées soit à la culture, à l'enseignement ou à la communication pour trouver mieux. Erreur, car toute profession a des avantages.

En tout cas, rien ne certifie que c'est parce que l'on a changé de carrière que l'on trouvera impérativement une place plus avantageuse. En réalité, toutes les professions se valent. C'est la division du travail qui détermine toute l'organisation socio-professionnelle d'un Etat souverain. On est mieux dans l'enseignement comme on le serait dans l'armée. Pourquoi fuir certaines professions pour d'autres en pensant trouver l'eldorado là où on l'intègre parfois par des moyens frauduleux ? C'est aussi là une manifestation d'une antivaleur.

Il est clair que changer abusivement de profession pour des raisons pécuniaires, sans avoir au préalable mesuré les exigences de ce nouvel emploi, c'est se comparer à un aventurier non averti qui se jette dans un milieu dont il ne connaît les tenants et aboutissants. Cette course effrénée vers d'autres métiers qualifiés de juteux peut conduire à un long chemin de regrets et d'inefficacité. Au lieu de s'efforcer à être meilleur pour pouvoir récolter de bons produits là où l'on est, on veut coûte que coûte changer de profession pour des raisons farfelues.

Ceci étant, s'il existait professionnellement un moyen adéquat de bien suivre la trajectoire de tous ceux qui changeraient abusivement des professions, rares sont ceux qui brillent par la compétence. Or, le manque de compétence engendre le dysfonctionnement professionnel. Arrêtons avec cette attitude.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.