Congo-Brazzaville: Harcèlement contre le député provincial Mike Mukebayi - La Fondation Bill-Cliton pour la paix se dit préoccupée

L'organisation non gouvernementale a dénoncé, dans un communiqué du 12 septembre, les menaces de tout genre perpétrées contre certains leaders politiques de l'opposition congolaise, dont l'ancien journaliste, le député provincial Mike Mukebayi Nkoso.

Se fondant sur des informations en sa possession, la Fondation Bill-Clinton pour la paix (FCB) a fait savoir qu'une plainte en justice a été déposée contre le député provinciel Mike Mukebayi par l'actuel ministre des Affaires foncières, un des membres influents de l'Union pour la nation congolaise du directeur de cabinet du chef de l'Etat, Vital Kamerhe. La FCB a déploré le fait que le bureau de l'Assemblée provinciale de Kinshasa, sous la direction de son président, le pasteur Godé Mpoyi, s'est prononcé le 9 septembre pour la levée de l'immunité parlementaire de ce dernier dans l'illégalité absolue, violant ainsi la Constitution congolaise du 18 février 2006, dans ses articles 19, 61 alinéa 5 qui dispose que : « Nul ne peut ni soustraire ni distraire contre son gré la loi lui assignée ». En effet, le parquet de la Gombe avait sollicité du président de cette assemblée locale la levée des immunités de l'élu pour donner lieu à des poursuites, arguant qu'il fait l'objet de plusieurs plaintes, notamment pour diffamation et injures publiques, émanant de diverses personnalités.

Selon la FBCP, il s'agit là d'une instrumentalisation de la justice pour des fins politiques et appelle les journalistes et les agences de média à envisager une sanction médiatique contre le président de l'Assemblée provinciale. L'ONG exhorte également à l'indépendance de la justice afin de dire le droit et de mettre fin aux menaces et intimidations contre le député Mike Mukebayi.

Rappelons que le député Mike Mukebayi avait été interdit d'accès à l'Assemblée provinciale pendant une année, avec privation de ses émoluments. Cette décision avait été prise par le bureau de cette institution, estimant que le député avait manqué des égards vis-à-vis du président et certains de ses collègues.

Dans une invitation signée par l'avocat général, Samy Bunduki, adressée au député Mike Mukebayi, celui-ci est appelé à se présenter, ce 16 septembre à 11 h, au local 4 du parquet près la Cour d'appel de la Gombe, pour des motifs qui lui seront communiqués sur place.

Pour Mike Mukebayi, par contre, il ne s'agit ni plus ni moins que d'une cabale montée contre sa personne. Il pointe du doigt le président de son institution, Godé Mpoyi, et le directeur de cabinet du chef de l'Etat, Vital Kamerhe, qui en tireraient les ficelles dans l'unique souci de le faire taire.

Il est indiqué que certaines autres personnes condamnent le député pour son « franc-parler » dans lequel elles trouvent des injures et imputations dommageables.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.