Ile Maurice: Féminicide à Curepipe - Il noie sa compagne dans un «drum» d'eau

14 Septembre 2019

C'est le cinquième cas de féminicide depuis le début de 2019 et le quatrième en moins d'un mois. En plus des coups, les femmes succombent parfois à la peur, aux menaces et, comme dans ce dernier cas, au chantage affectif.

La cité Pitot à Curepipe s'est réveillée sous le choc, hier matin. Située juste à l'arrière de la route Royale, non loin du supermarché Sik Yuen, elle a été le théâtre de violences conjugales qui ont fini en tragédie. Mary Joyce Revat Jamac, 31 ans, a été rouée de coups au cours d'une énième dispute avant que son compagnon, Rodney Rambhojun, un récidiviste notoire de 36 ans, ne lui plonge la tête dans une barrique remplie d'eau. La victime est décédée d'une asphyxie due à la noyade, révèle l'autopsie pratiquée par le Dr Sudesh Kumar Gungadin, chef du département médicolégal de la police. Elle portait également des blessures à la tête.

Un sentiment de révolte anime les proches de Joyce Revat Jamac à la cité Anoska, 16e mille, Forest-Side, où sa dépouille repose chez une cousine. Déjà, hier matin lors de la comparution du suspect au tribunal de Curepipe sous une charge provisoire d'assassinat, des proches de la victime n'ont pas caché leur colère et voulaient s'en prendre à lui.

Jeudi soir. Il est environ 20 h 30 quand une énième dispute éclate dans une des quatre pièces d'une maison délabrée que le couple squatte avec trois autres familles. Rodney Rambhojun, qui prend quelques verres avec la victime, perd la boule et commence à lui infliger des coups. Comme celle-ci lui tient tête, le suspect l'aurait entraînée à proximité d'un lavoir où il lui plonge la tête dans un tonneau jusqu'à ce qu'elle arrête de respirer.

Paniqué en voyant que sa compagne est inerte, il appelle au secours. Les autres membres familles l'aident à transporter Joyce Revat Jamac sur un lit où une voisine change ses vêtements. Entretemps, la police a été alertée et le SAMU sollicité. Comme l'ambulance tarde à arriver, la police la transporte à l'hôpital Victoria, à Candos.

D'abord, le suspect confie à la Criminal Investigation Division de Curepipe que la victime était soûle et qu'elle l'aurait agressé. Elle serait ensuite sortie de la maison et c'est alors qu'elle est tombée dans la barrique d'eau. Toutefois, lors d'un nouvel interrogatoire, hier matin, par les hommes du surintendant Suryaduth Ruhoma et de l'assistant surintendant Sailesh Kumar Omrawo, Rodney Rambhojun déclare qu'il a plongé la tête de sa compagne dans le tonneau. Peu après, il est reconduit sur le lieu du crime où il explique avec moult détails les séquences de l'agression meurtrière.

Trois ans de prison

Rodney Rambhojun n'en est pas à son premier épisode de violence. Il a déjà été condamné à trois ans de servitude pénale le 27 mai 2012. Il se trouvait parmi le groupe de personnes qui avaient tabassé Maduressen Sellemuthu, 24 ans, le 26 novembre 2005 à Curepipe à cause d'une cigarette. Ce dernier, un habitant de St-Aubin, avait succombé à ses blessures douze jours après avoir sombré dans le coma.

Joyce Revat Jamac était, pour sa part, issue d'une famille de trois filles. À l'âge de 14 ans, elle tombe enceinte d'une fille aujourd'hui âgée de 16 ans. Elle a un fils, âgé de 14 ans, du même homme. Après sa séparation, elle épouse un maçon de cité Malherbe, Curepipe, dont elle n'est pas divorcée. De cette union, est né un fils qui a 13 ans. Les trois enfants sont scolarisés.

Depuis cinq ans, racontent ses proches, elle vivait avec Rodney Rambhojun. Victime de violences, la jeune femme vivait les pires moments de son existence mais elle n'osait pas déserter le toit de cet homme car il l'aurait menacée «de tuer ses enfants», confie une de ses belles-sœurs. Sa fille aînée confirme la peur quotidienne de sa mère face aux menaces de son présumé meurtrier. Elle explique que le père de son petit frère a toujours pris soin d'elle et de son frère, bien qu'ils n'étaient pas ses enfants. «Dépi tipti linn get nou kouma so zanfan mem.»

Les funérailles de Joyce Revat Jamac auront lieu cet après-midi en l'église de Ste-Thérèse, Curepipe, avant l'inhumation au cimetière de Midlands.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.