Sénégal: Guereo - Régénération de la ressource - Six mille pots à poulpe immerges

13 Septembre 2019

La localité littorale de Guéréo, dans la commune de Sindia (département de Mbour), a abrité la cérémonie d'immersion de 6000 pots à poulpe, organisée par le Comité local des pêches de Sindia-Nord. Cette manifestation a enregistré la présence des autorités administratives, politiques et coutumières, en plus de celle de la représentante de l'Union européenne (UE). 11.000 autres le seront dans diverses pêcheries de la petite côte.

Madame Irène Mingasson, la représentante de l'UE au Sénégal et le mandataire du ministre de la Pêche et de l'Economie maritime ont procédé aussi, en ces lieux, à la remise symbolique de 15.000 pots à poulpe aux Comités locaux des pêches artisanales (Clpa) de Mbour, Dakar, Pikine, Rufisque et Fatick. Ces pots à poulpe d'une valeur de 19 millions de francs, sont financés par l'Union européenne, la Coopération japonaise et les Clpa. Ils vont constituer, selon les techniciens des récifs artificiels, des lieux de reproduction de ce céphalopode très prisé au Sénégal et dans beaucoup de pays asiatiques.

La construction des pots faite dans la commune de Nguéniène constitue une source de revenus pour les potières de cette localité. Cette initiative s'inscrit dans le cadre d'une tradition de favoriser la mise en place d'habitats marins dans la petite côte, à travers des récifs artificiels. Du reste, le projet de l'UE, intitulé «Aménagement durable des pêcheries», avait financé les Clpa de Mbour pour la fabrication de pots à poulpe en 2018. Sidiya Diouf du ministère des Pêches et de l'Economie maritime a fait la genèse de la politique des récifs artificiels et a insisté sur son importance dans la gestion durable de la ressource à travers la mise en place d'un habitat marin. Ndiaga Cissé, le coordinateur des Clpa du département de Mbour est revenu sur le déroulement d'un programme, depuis une dizaine d'années, pour la gestion durable du poulpe, avec l'immersion des pots à poulpe pour la régénération de la ressource.

A l'en croire, des résultats notables sont à relever. Des mises à terre, en 2018, de 4.458.566 tonnes du céphalopode ont généré 10 milliards 954 millions 705 mille 500 francs. Cette performance incite, selon lui, à l'harmonisation de l'immersion des pots dans les différents Clpa. Il a révélé l'extension du programme à un lot global de 19.000 pots pour une valeur estimative de 17 millions de francs destinés aux pêcheries de Dakar, Mbour et Fatick.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.