Afrique de l'Ouest: Cédéao - Le casse-tête du financement de la lutte contre le terrorisme

Le sommet extraordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO

La Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest a décidé de consacrer 1 milliard de dollars sur 5 ans à la lutte contre le jihadisme. Mais selon quelles modalités ?

Là où le G5-Sahel peine à attirer les financements, la Cédéao fait le pari de consacrer 200 millions de dollars par an entre 2020 et 2024 à la lutte contre le jihadisme.

La moitié sera décaissée par les 6 États membres de l'Union économique et monétaire ouest-africaine. « L'UEMOA avait déjà pris sa décision sur 500 millions, même sans le reste de la Cédéao », confie un ministre de la zone franc. L'enjeu était donc de faire adhérer les autres pays. « L'idée a fait l'unanimité. On a même eu l'engagement [du président nigérian Muhammadu] Buhari. C'était important d'avoir son soutien », commente le ministre.

Les 9 États membres de la l'organisation ouest-africaine qui n'appartiennent pas à l'UEMOA financeront donc les 500 autres millions de dollars selon des modalités et une répartition qui reste à définir. Jean-Claude Brou, le président de la commission de la Cédéao a jusqu'au sommet d'Abuja fin décembre pour faire des propositions.

Remobiliser les financements internationaux

Vraisemblablement, chaque État pourrait voir son prélèvement communautaire au sein de la Cédéao augmenter. Le Tchad et la Mauritanie, non membres de l'organisation, sont invités à se joindre au mécanisme de financement.

Quelle forme prendra ce mécanisme ? Qui gèrera le fonds ? Comment se feront les arbitrages ? Tout cela est encore flou, et le président de la commission doit aussi se pencher sur ces questions. Jean-Claude Brou devra également réfléchir à un moyen de faire contribuer le secteur privé à la lutte contre le terrorisme, mais sans prélever de taxe, sur la base du volontariat, assure-t-on.

Quoi qu'il en soit, par cette annonce, la Cédéao espère démontrer la fermeté de son engagement et, peut-être, mobiliser ainsi des ressources externes auprès de bailleurs de fonds internationaux parfois découragés.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.