Afrique du Sud: #AmINext, un hashtag contre les violences faites aux femmes

En Afrique du Sud, où les femmes se mobilisent contre les violences, dans la rue, et sur les réseaux sociaux. Quelque 3000 femmes assassinées par an et une femme sur cinq a déjà été victime de violence de la part de son partenaire.

L'Afrique du Sud possède des statistiques parmi les plus inquiétantes du monde. Une réalité malheureusement devenue quasi-banale, tant elle est quotidienne.

Le 24 août, Uyinene Mrwetyana, étudiante de 19 ans, entre dans un bureau de poste du Cap pour récupérer un colis.

Elle n'en ressortira pas vivante, et son bourreau est désormais entendu par la justice pour viol et meurtre.

« Donc, chaque week-end, nous allons enterrer une femme ou un homme qui est mort des mains d'un homme? Mon coeur est lourd », réagit une internaute.

So every weekend we will be burying a woman or child who died at the hands of a man 💔 My heart is heavy. #RipUyinene #RipNatasha #GBV #AmINext

Nomfundo (@Nommie_Ndaba) September 9, 2019

Une semaine plus tard, Leighandre Jegels, boxeuse professionnelle de 25 ans, meurt en pleine rue de Johannesbourg sous les balles de son ancien petit ami.

Deux morts parmi des dizaines d'autres au cours de ces dernières semaines, qui ont provoqué une vague d'émotion et d'indignation à travers le pays.

Sur Twitter et Facebook, le hashtag #AmINext, « Suis-je la prochaine ? », rassemble les Sud-Africaines choquées par ces violences contre les femmes qu'elles qualifient de véritable « épidémie ».

Sous ce mot clé, se retrouvent de nombreux témoignages, à la manière de #MeToo, des signalements de disparitions inquiétantes et des appels manifester.

Une multiplication de pétitions en ligne

Car cette vague d'indignation, née sur les réseaux sociaux, s'est rapidement concrétisée dans les rues, au Cap, lors du Forum économique mondial pour l'Afrique ainsi que devant le Parlement au début du mois, où des centaines de militantes ont voulu se faire entendre par les décideurs du pays.

Puis la semaine dernière, devant le siège de la Bourse de Johannesbourg, où les manifestantes ont demandé aux grandes entreprises de contribuer à la lutte contre les violences faites aux femmes, au moyen d'une taxe pour financer des programmes.

Les sud-africaines sont dans la rue, dans le quartier d'affaires de #Johannesbourg , pour dénoncer les violences faites aux femmes. 3000 #féminicides par an, une femme tuée par son compagnon toutes les 8 heures #EnoughIsEnough #AmINextPROTEST #SandtonShutdown #SouthAfrica pic.twitter.com/xntwnirqaQ

Claire Bargelès (@ClaireBargel) September 13, 2019

Des marches avaient déjà été organisées l'année dernière, à cette même période, mais sans résultat concret.

Cette fois-ci, le mouvement a aussi vu naître une multiplication de pétitions en ligne, pour réclamer des actions plus radicales de la part du gouvernement sud-africain, critiqué pour son inaction au cours de ces dernières années.

Une première pétition demande l'instauration d'un état d'urgence dans le pays, afin que le sujet devienne une priorité du gouvernement. Près d'un demi-million de personnes ont signé cette proposition qui s'inspire d'une mesure prise en pour lutter contre la multiplication de viols.

Rétablissement de la peine de mort

Une seconde pétition en ligne va même plus loin : elle réclame le rétablissement de la peine de mort, abolie à la fin de l'apartheid, pour les auteurs de crimes contre les femmes et les enfants, et a déjà recueilli à peu près le même nombre de signatures.

Cette demande a été rejetée par le ministère de la Justice, et de toute façon non conforme avec la Constitution du pays.

Forcé de réagir, le président Cyril Ramaphosa a multiplié les discours. Il a annoncé vouloir amender les lois du pays sur ces questions et envisage de rendre public le registre qui répertorie les noms d'hommes condamnés pour de telles violences.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.