Cameroun: Lutte contre les changemets climatiques - L'apport des technologies

Le secrétaire d'Etat chargé des Mines au Minmidt, a présidé les assises sur la question à l'occasion de la 20e journée de la propriété intellectuelle vendredi, 13 septembre 2019 à Yaoundé

Apriori, difficile de faire le lien entre Propriété intellectuelle et changement climatique. Et pourtant, il existe. L'un peut influencer l'autre et vice-versa. C'est donc autour de ces deux notions que s'est célébrée le vendredi 13 septembre dernier la 20e édition de la journée africaine de la technologie et de la propriété intellectuelle.

Au Cameroun, l'événement s'est déroulé à la Chambre de commerce de Yaoundé sous la présidence du secrétaire d'Etat chargé des Mines au ministère des Mines, de l'Industrie et du Développement technologique. Fuh Calixtus Gentry a justifié le choix de ce thème : « l'innovation et la créativité se présentent aujourd'hui comme des moteurs essentiels dans ce domaine. Il est donc question de mettre en lumière les solutions que peuvent apporter la technologie et la propriété intellectuelle aux problèmes de changement climatique », dira-t-il.

Il apparaît donc urgent de capitaliser la technologie pour sauver la planète, en créant des conditions de résilience face aux effets des changements climatiques. « La propriété intellectuelle aide à protéger la nature. C'est pour cela qu'au Cameroun, nous avons pris le cas des indications géographiques et des obtentions végétales. Le miel d'Oku est de bonne qualité parce que la forêt est préservée et on y recueille donc l'un des meilleurs au monde. Avec le poivre de Penja c'est pareil. Il y a également le cacao rouge brique qui est en voie de devenir une indication géographique.

Dès que ce sera le cas, les terres ne seront plus arbitrairement exploitées », explique Pascal Atangana Balla, secrétaire technique adjoint du comité national des indications géographiques au Minmidt. Ainsi donc, les indications géographiques sont un titre de propriété intellectuelle ayant un lien avec la défense de la nature. Tout comme les obtentions végétales, qui permettent d'augmenter le rendement. A l'Extrême-Nord, zone pourtant aride, le sorgho se porte bien parce que l'Irad a réussi à faire des plantations qui permettent de revenir à l'aspect vert de la nature, indique notre source. Il est donc établi le lien entre les changements climatiques et la propriété intellectuelle.

Reste maintenant à encourager la recherche au développement, promouvoir les obtentions végétales, développer les technologies vertes, maximiser la formation des experts. « Par ailleurs, le développement et l'exploitation de nouvelles variétés végétales plus aptes à résister aux effets de changement climatique, permet de renforcer la productivité agricole, contribuant ainsi à la sécurité alimentaire », a conclu Fuh Calixtus Gentry.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.