Ile Maurice: Récolte 2019-20 - Nouvelle avance pour rémunérer les planteurs à Rs 20 000 la tonne de sucre

16 Septembre 2019

Campagne électorale oblige, le gouvernement fait les yeux doux aux petits planteurs. Ils auront droit à une avance de Rs 20 000 sur chaque tonne de sucre commercialisée par le Syndicat des sucres. Le gouvernement contribuera à hauteur de 80 % de cette somme.

Les planteurs peuvent au moins respirer. Après une première avance de Rs 12 500 par tonne de sucre, déjà déboursée depuis juin par le Syndicat des sucres, la seconde sera plus conséquente. Pour preuve, le Syndicat des sucres déboursera à son compte Rs 7 440 pour chaque tonne de sucre par petit planteur, ce qui représente 80 % du prix ex-Syndicat d'une tonne de sucre, qui s'élève actuellement à Rs 9 300, alors que la différence sera versée par le gouvernement, pour atteindre le montant de Rs 20 000.

Devesh Dukhira, le Chief Executive Officer (CEO) du Mauritius Sugar Syndicate, seule institution à assurer le marketing du sucre à Maurice, soutient que les Rs 20 000 comprennent le prix proposé pour la tonne de sucre commercialisée par le Syndicat des sucres, ainsi que des revenus pris en compte pour la vente de la mélasse et de la bagasse. «Le Syndicat ne paie que Rs 7 440 la tonne. En revanche, le gouvernement a décidé vendredi, lors du Conseil des ministres, que ce montant sera porté à Rs 20 000, soit 80 % des Rs 25 000 annoncées dans le Budget 2019-20», explique le président du Syndicat des sucres, Heymant Sonoo. La contribution gouvernementale s'élèvera ainsi à Rs 12 560 pour chaque tonne de sucre. Soit un montant total d'envi- ron Rs 500 millions.

Heymant Sonoo ajoute que l'organisme de marketing ne pourra pas payer au-delà de Rs 9 300 la tonne, le prix ex-syndicat. Ce qui fait dire au représentant des planteurs que le gouvernement devra trouver à terme plus de Rs 15 000 pour combler cette différence. «Le gouvernement a pris un engagement auprès de la communauté des planteurs. Il faut qu'il le respecte jusqu'à la fin de l'année financière 2019- 20», insiste Heymant Sonoo.

Assurer la pérennité

Selon le président du Syndicat des sucres, les petits planteurs, au nombre de 10 000, devraient se réjouir de cette situation car ils se retrouveront individuellement avec un surplus de Rs 10 000 à Rs 12 000 sur chaque tonne de sucre vendue. Ce qui ne peut qu'être un encouragement pour eux de poursuivre avec leurs plantations et s'acquitter en partie des dettes contractées dans le passé, pour survivre.

Cependant, le seul hic est que cette somme de Rs 25 000 la tonne ne s'applique que pour la récolte de 2019-20 et qu'au-delà, il n'y a aucune confirmation du gouvernement que cette proposition budgétaire en faveur des planteurs sera poursuivie. D'où l'analyse de Heymant Sonoo, selon laquelle il n'y a pas véritablement de mesures à long terme, voire à moyen terme. «Le gouvernement vient à la rescousse des planteurs pour cette année mais il se passera quoi après ? Il n'y a aucune visibilité pour ce secteur après 2020. On ne sait si la pérennité de ce secteur sera assurée.»

D'autres planteurs préfèrent en revanche une augmentation des recettes des sous-produits de la canne. Le Mouvement Ti Planter Kann, que préside Kreepalloo Sunghoon, est favorable à une allocation de Rs 2 500 par tonne de canne au lieu de Rs 25 000 par tonne de sucre. Selon lui, «une somme de Rs 25 000 par tonne de sucre ne couvre pas le coût de production des planteurs, sachant fort bien qu'il faut un maximum de Rs 2 200 pour la production d'une tonne de canne».

À ce jour, 100 000 tonnes de sucre ont déjà été acheminées pour l'exportation sur une moyenne de 325 000 tonnes estimées cette année.

Toujours est-il que les 55 000 planteurs auront au moins une année de répit avec la subvention de l'État.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.