Afrique du Sud: Un Blanc reconnu coupable de viol dans une affaire emblématique

L'an dernier, un jeune homme blanc de 20 ans avait violé une fillette noire de 7 ans dans les toilettes d'un restaurant de Pretoria. L'affaire avait provoqué des manifestations monstres et l'émoi de tout le pays. Le procès s'est achevé lundi 16 septembre dans un tribunal de Pretoria sous haute protection.

Aux termes d'un procès à très haute tension, Nicholas Ninow n'a pas cherché à résister devant les juges de la Haute Cour de Pretoria lundi. Lui qui avait avoué avoir violé la fillette la semaine dernière a été reconnu coupable de viol, de possession de drogue et d'avoir entravé le bon fonctionnement de la justice.

L'homme de 21 ans ne connaît pas encore sa sentence, qui sera annoncée dans un mois dans le même tribunal. La porte-parole de l'Autorité nationale des poursuites a déjà assuré que l'État plaiderait pour une peine maximale : l'emprisonnement à perpétuité. Seul problème, les juges n'ont pas réussi à prouver si l'acte était prémédité ou non.

La salle, elle, était pleine à craquer, comme il y a un an lors de sa première comparution. Avec notamment la présence de représentants politiques de l'ANC et de l'EFF. « La perpétuité sinon rien », répétaient les partisans des deux partis. Tout comme plusieurs ONG qui ont aussi assisté au jugement dans une ambiance électrique.

Nul doute qu'ils seront encore tous présents dans un mois pour la sentence de ce procès très symbolique dans une Afrique du Sud toujours déchirée par les tensions raciales.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.