Sénégal: L'UNAPAD, une nouvelle structure dédiée au secteur agropastoral

Louga — L'Union nationale pour la promotion de l'agriculture durable (UNAPAD), une nouvelle structure dédiée au secteur agropastoral, compte marquer sa différence en se dotant de structures décentralisées dans toutes les régions du Sénégal.

De cette manière, l'UNAPAD ambitionne de contribuer à révolutionner le secteur agricole et à mettre fin aux conflits entre agriculteurs et éleveurs, a indiqué lundi à Louga son coordonnateur national, Sadimbe Cissé.

"A court terme, nous voulons structurer toutes les régions du Sénégal. Ensuite nous ferons la structuration nationale puis un séminaire de formation pour mettre en place et proposer un manuel de procédures à l'Etat, parlant de nos objectifs sur l'agriculture, l'élevage et l'environnement", a-t-il déclaré.

Dans cette perspective, l'UNAPAD ambitionne par exemple de mettre en oeuvre un projet d'élevage moderne et intensif, a indiqué son coordonnateur national lors de l'installation de l'antenne régionale de Louga.

"Il faudra sensibiliser les éleveurs pour qu'ils mettent des enclos afin de maîtriser leurs troupeaux et faire la culture fourragère", a souligné M. Cissé, selon qui l'UNAPAD est en train de sensibiliser ses membres dans ce sens, avec l'ambition à terme de mettre fin aux conflits entre éleveurs et agriculture.

"Nos objectifs sont de révolutionner l'agriculture, l'élevage et reconstruire les forêts du Sénégal en nous organisant, en impliquant l'Etat du Sénégal et en galvanisant nos membres pour qu'ils puissent s'engager à relever ce défi", a-t-il dit.

Il note qu'il y a "beaucoup d'organisations paysannes", mais l'UNAPAD, assure-t-il, "est tout à fait différente par rapport aux autres" et "vient pour installer sa structure à la base dans les villages, les communes, les arrondissements, les départements et régions, contrairement aux autres qui n'ont pas de représentations dans toutes les localités".

Selon lui, l'objectif premier de l'UNAPAD est de "combler ces manquements décelés dans ce secteur attractif", manquements qui "sont nombreux" dans le secteur de l'agriculture en particulier.

"Nous avons un problème d'intrants" au Sénégal, sur les plans qualitatifs comme quantitatifs. Or, estime M. Cissé, le paysan "doit prendre en main son destin et disposer d'intrants sans se baser sur l'Etat".

Sadimbe Cissé a par ailleurs regretté le faible niveau de la pluviométrie au Sénégal et invité les agriculteurs à aller vers les variétés à courte durée.

"Nous souhaitons promouvoir la transformation et le consommer local", a-t-il soutenu.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.