Maroc: La chasse aux chargeurs de mauvaise qualité est ouverte

17 Septembre 2019

Au même titre que les autorités, les citoyens ont aussi le devoir d'éviter d'en acheter

De nos jours, nos smartphones organisent nos journées, nous aident à cuisiner, contrôlent notre poids et nous rappellent l'heure de notre déjeuner, entre autres fonctionnalités. Autant dire qu'ils nous sont indispensables et plus que jamais. Mais à force de vivre par procuration à travers ces objets connectés au monde entier, il y a fort à parier que dans quelques années, notre unique objectif sera de veiller à avoir une batterie chargée. Ainsi donc, en toute logique et au même titre que le téléphone en lui-même, l'importance capitale des chargeurs n'est également plus à prouver. Toutefois, s'ils ont quasiment la même apparence, tous les chargeurs ne se ressemblent pas.

En défrayant plusieurs fois la chronique, comme en témoigne la mort d'une fillette brûlée vive après l'explosion d'un chargeur à Sidi Allal Bahraoui près de Khemisset, les chargeurs Low-Cost font planer un immense danger sur leurs usagers. C'est la raison pour laquelle le ministère de l'Industrie, de l'Investissement, du Commerce et de l'Economie numérique a annoncé avoir lancé une campagne de contrôle de la conformité des chargeurs et des batteries pour téléphones portables vendus aux quatre coins du Royaume. Enfin peut-être dans l'ensemble du Royaume.

Cette campagne menée en collaboration avec les services du ministère de l'Intérieur depuis le 11 septembre dernier, selon un communiqué, a pour objectifs de protéger le consommateur en vue d'éviter les accidents, sensibiliser les distributeurs de ces produits, y compris les détaillants, sur leurs obligations légales et réglementaires. Améliorer les pratiques commerciales des produits visés ou encore instaurer une concurrence loyale entre les opérateurs économiques, il n'en reste pas moins qu'il ne sera pas aisé d'atteindre de tels objectifs.

Quand bien même ledit ministère assure que « cette campagne complète les opérations de contrôles drastiques menées sur les importations des chargeurs au niveau des postes-frontières du Royaume », force est de constater que jusqu'à présent, les résultats sont pour le moins mitigés. Les chargeurs contrefaits ou de mauvaise qualité continuent d'être vendus. Pis, ils sont exposés et même mis en avant par les vendeurs. De plus, de nombreux citoyens préfèrent encore acheter quatre chargeurs de mauvaise qualité par an, à 20DH l'unité, au lieu de s'en procurer un de qualité meilleure à 80 DH.

En réalité, bien plus qu'essayer de stopper l'afflux des chargeurs de mauvaise qualité dans le pays, des opérations de contrôle qui ont d'ailleurs permis de refouler plus de 300.000 unités non conformes, dont une cargaison comprenant 159.000 chargeurs non conformes au poste-frontalier Guargarate, le volet sensibilisation revêt un intérêt capital. Car si la demande baisse, l'offre baissera aussi. Les citoyens doivent être convaincus du danger qui les guette en achetant ce type de chargeurs. Les vendeurs ont également le devoir de signaler à un acheteur les risques qu'il prend. Bref, ce n'est pas uniquement aux autorités qu'incombe l'obligation de stopper ce fléau, mais à tout un chacun.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.