Congo-Brazzaville: Fonction publique - Nécessité d'informatiser l'intégralité du fichier des fonctionnaires

L'exécutif entend recruter un cabinet international qui aura la charge de concevoir un logiciel censé répertorier les agents de l'État depuis le recrutement jusqu'au départ à la retraite.

Après l'opération de contrôle physique des fonctionnaires civils réalisée l'an dernier par le ministère des Finances et du budget, le département de la Fonction publique veut lancer un contrôle similaire à travers l'introduction du Système intégré de gestion des ressources humaines.

Des discussions sont en cours entre les deux départements autour du choix du consultant international, y compris les ministères de l'Intérieur et de la Défense, grâce à une facilitation du Projet de réformes intégrées du secteur public (PRISP). Car, ce processus de modernisation des services publics consacre la problématique des équipements informatiques à l'instar des Data center, des serveurs, etc.

En effet, la formulation du programme a déjà été proposée par des experts tunisiens de la société Arabsoft, spécialisée dans l'informatisation et le management public. La tutelle a même dépêché deux de ses cadres, entre juin et juillet derniers, à Tunis, pour suivre une formation à ce sujet.

Le rapport de fin de mission des commis de l'État dressait l'état des lieux avant de lancer un plaidoyer. « Nous sollicitons la bienveillante attention de monsieur le vice-Premier ministre pour que les recommandations formulées à l'issue de cette mission soient examinées avec un grand intérêt et mises en œuvre. Sollicitons également l'appui du PRISP dans la mise en œuvre de ces recommandations », ont-ils plaidé.

L'objectif de la mission à Tunis était de permettre aux cadres du ministère de la Fonction publique de maîtriser les mécanismes de déploiement et de mise en œuvre du dispositif à l'étude. Le rapport des participants a pu relever de nombreuses contraintes, notamment la règlementation inadaptée de la gestion des ressources humaines de l'État ; l'absence d'équipement adéquat et les conditions inappropriées de travail, d'un manuel de procédures administratives et d'un répertoire des emplois et des compétences de la Fonction publique.

À cela s'ajoutent le manque de compétence des agents devant assurer la mise en œuvre du futur système ; l'absence d'un organe de gestion et de pilotage du projet ; ainsi que le manque d'adhésion des acteurs impliqués dans la mise en œuvre de cette initiative.

Parmi les solutions envisagées, se trouvent l'élaboration d'un cadre juridique et d'un manuel de procédure de la Fonction publique afin de créer les conditions favorables de dématérialisation des procédures ; la formation d'un noyau des formateurs ; l'interopérabilité du système avec les applications nationales et surtout l'accélération du processus de recrutement du consultant individuel international pour appuyer la surveillance de mise en œuvre.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.