Somalie: Des soldats burundais tués dans une embuscade

Au moins douze soldats burundais de la force de l'Union africaine en Somalie (Amisom) ont trouvé la mort dans une attaque djihadiste menée par des militants islamistes shebab contre un convoi militaire, au nord de Mogadiscio.

Le convoi a été attaqué, le 14 septembre, aux environs du village de Balcad, alors que les soldats regagnaient leur base sur une route stratégique qui relie la capitale et la région de la Moyenne-Shabelle. Leur mission de routine était d'accompagner des camions de ravitaillement partis de Jowhar à destination des marchés de la capitale.

Selon des témoins, les combats meurtriers qui ont opposé un commando du groupe al-Shabab et les soldats de l'Amisom ont duré une vingtaine de minutes. Une attaque qui, selon un bref communiqué des shebab, a coûté la vie à quatorze soldats burundais.

« Malheureusement, douze de nos soldats ont été tués et six autres blessés par des shebab qui leur ont tendu une embuscade alors qu'ils revenaient d'une mission de sécurisation d'un convoi qui allait de Jowhar vers Mogadiscio », a déclaré, sous couvert d'anonymat, un haut gradé burundais.

Quelques heures avant cette attaque, un engin piégé avait explosé sur la même route, tuant trois personnes, dont deux responsables administratifs locaux, a affirmé Abdikarim Hassan, un responsable sécuritaire du district de Balcad, proche du lieu de l'attaque. Il a précisé que des échanges de coups de feu avaient été entendus près du village de Gololey, sur la route entre Mogadiscio et Jowhar.

En mars 2018, cinq soldats burundais avaient déjà perdu la vie au même endroit dans une attaque similaire des commandos ultra-mobiles d'al-Shabab. Malgré les efforts de l'Amisom, la sécurité est loin d'être au rendez-vous.

Chassés de Mogadiscio en 2011, les shebab ont ensuite perdu l'essentiel de leurs bastions. Mais ils contrôlent toujours de vastes zones rurales d'où ils mènent des opérations de guérilla et des attentats-suicides, y compris dans la capitale, contre des objectifs gouvernementaux, sécuritaires ou civils. Ils ont juré la perte du gouvernement somalien, soutenu par la communauté internationale et par les vingt mille hommes de l'Amisom.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.