Sénégal: Eclairage public - L'AMS et la Senelec à la recherche d'une meilleure formule

17 Septembre 2019

Senelec en partenariat avec l'Association des maires du Sénégal (AMS) a organisé hier, lundi 16 septembre un atelier d'échange et de partage afin de réfléchir sur la solution qu'il convient de trouver dans l'endettement croisé entre ces deux entités. Le président de l'AMS, Aliou Sall a profité de cette occasion pour inviter la Senelec à proposer un mécanisme consistant à remplacer au fur et à mesure les réseaux classiques qui coûtent cher en investissement et en facture par le solaire.

L es collectivités territoriales du Sénégal qui rencontrent beaucoup de difficultés financières ont eu du mal ces dernières années à honorer régulièrement les factures d'électricité provenant de l'éclairage public. D'un l'autre côté, ces collectivités territoriales réclament à la Senelec des sommes relatives à des impôts, des taxes des redevances qui leur seraient dus. Pour trouver une solution définitive à ce contentieux, la Senelec et l'Association des maires du Sénégal (Ams) ont décidé de réfléchir sur la meilleure formule à adoptée.

A cet effet, un atelier d'échange et de partage a été organisé hier, lundi 16 septembre. «L'éclairage public est de la compétence des mairies, mais il participe également à la sécurité des populations. Ce qui est de la responsabilité de l'Etat. Donc, il est important qu'on puisse voir dans quelle mesure, on pourra trouver des solutions pérennes à cet épineux problème de paiement des factures d'électricité. Aujourd'hui, la Senelec est prête, en tant que bras technique, à accompagner ces maires pour qu'on puisse ensemble, trouver la meilleure formule à mettre en place, pour pérenniser cet éclairage public qui est important pour la sécurité des populations», a fait savoir le directeur général de la Senelec, Papa Mademba Biteye.

Selon Aliou Sall, président de l'Ams, ce contentieux qui revient de façon périodique n'est ni dans l'intérêt de la Senelec encore moins dans celui des collectivités territoriales. «Pour nous, maires, il n'est pas question de rester dans une situation où les collectivités territoriales refusent de payer les factures d'électricité. En tant que président de l'Ams, je ne peux pas défendre l'idée qu'une collectivité territoriale puisse être dans une position de refus de payer des factures d'électricité alors que la loi nous confère la compétence d'assumer l'éclairage public dans nos cités. De la même façon, je défendrais farouchement le règlement des redevances qui sont dues aux collectivités territoriales», a-t-il soutenu.

LE SOLAIRE UNE ALTERNATIVE

Par ailleurs, le maire de Guédiawaye invite la Senelec à proposer à l'Ams un mécanisme qui pourrait être soutenu par les recettes attendues des collectivités territoriales, consistant à remplacer, au fur et à mesure, les réseaux classiques qui coûtent chers en investissement et en facture, par un réseau d'éclairage public solaire. «L'expérience qui vient de commencer dans certaines localités avec les lampadaires de l'Aner nous démontre qu'avec le solaire, il est possible d'avoir des lampes plus claires que le classique», lance-t-il.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.