Cameroun: « Le Cameroun est mon pays de coeur »

Akissi Delta, actrice-réalisatrice et productrice ivoirienne.

Vous avez été désignée marraine de la première édition du FIFF Cotonou. Comment avezvous accueilli la nouvelle ?

J'étais tellement heureuse. C'est un devoir de soutenir mes cadets et tous ceux qui me sollicitent. Le Fiff Cotonou n'est pas un festival comme les autres. C'est le tout premier festival qui valorise la femme cinéaste dans notre sous-région. Je me devais d'y prendre part. C'est pour cette raison que je suis venue présenter « Ma famille » afin d'encourager la promotrice de l'évènement, Cornélia Glele, à continuer sur cette lancée.

Au cours de ce festival, vous avez animé une master class sur la production de film. Que retenir de cet échange ?

Pour être productrice, il faut avoir de l'argent. Nous devons nous unir pour faire des films et insister auprès des bailleurs de fonds afin qu'ils financent nos projets. Moi par exemple, j'ai dû envoyer des extraits de « Ma famille » à de nombreux bailleurs de fonds, d'hommes politiques et d'organisations pour avoir les financements nécessaires afin de tourner « Ma grande famille ».

J'aurais pu me décourager après plusieurs échecs, mais je ne l'ai pas fait. Au-delà de la témérité, il faut également que votre scénario soit convaincant, parce que si l'histoire n'accroche pas les gens, personne ne financera votre film. Les opérateurs économiques doivent aussi s'intéresser au cinéma, car c'est un secteur porteur. Les hommes politiques doivent savoir que le cinéma est rentable. Les gouvernements doivent nous accompagner.

Votre série « Ma grande famille » met à l'écran des acteurs de plusieurs pays africains. Qu'estce qui justifie ce casting panafricain ?

Avec le temps, j'ai compris que « Ma famille » n'était pas seulement qu'une affaire d'Akissi Delta ou de la Côte d'Ivoire, mais, une série qui réunissait tous les Africains. Certains amis résidant aux États-Unis m'ont confié qu'ils regardaient cette série tout le temps pour ne pas oublier le français. Chacun se reconnaît dans l'histoire qui y est racontée. C'est dans cette optique que j'ai décidé de réaliser une série par nous, pour nous et qui nous parle à tous. Dans différents rôles, vous incarnez toujours un modèle de femme africaine à savoir, soumise, respectueuse. L'êtes-vous aussi dans la vraie vie ? Bien-sûr que je le suis. Les vraies femmes se sont toujours battues pour leurs hommes.

Et puis, nos mères ont toujours soutenu nos pères. Selon la tradition, un homme peut avoir plusieurs femmes. Même si les temps se sont modernisés, en tournant nos films, il faut garder une femme avec ce caractère pour représenter la bonne femme africaine. Cette femme digne et intègre qui n'ira pas bagarrer dans la rue parce qu'elle a trouvé son mari avec une autre femme. Même si elle veut lui faire un reproche, elle attendra la nuit pour le faire et non sur la place publique. Il est important de montrer cela dans nos films pour rendre hommage à la femme noire. Les temps ont certes changé, mais on ne peut pas oublier nos traditions.

On vous sait très proche de certains cinéastes camerounais. Avez-vous eu l'opportunité de regarder des films camerounais et peut-être d'envisager des collaborations ?

Le cinéma camerounais vient très fort. Je remercie les cinéastes camerounais qui me rendent hommage en reprenant « Ma famille ». Je ne pouvais pas imaginer qu'ils puissent apprécier cette série à ce point. J'en profite pour remercier le réalisateur Ebenezer Kepombia et Mme Denise Epote. Cette dernière m'a permis de réaliser « Ma famille » en me prodiguant des conseils. Elle m'a également recommandé auprès de certaines personnes qui m'ont permis de réaliser ma série. Le Cameroun est mon pays de coeur. Je suis émue à chaque fois qu'on prononce le nom de ce pays. Les Camerounais m'ont vraiment soutenue.

A ce jour, quel est le plus beau souvenir que vous gardez de votre longue et riche carrière de cinéaste ?

C'est le fait d'être avec tout le monde. Je n'ai pas procréé, mais beaucoup de personnes m'appellent maman de par le monde. C'est une très grande bénédiction.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.