Togo: L'avenir des femmes ce sont les hommes

17 Septembre 2019

Depuis de nombreuses années, les bailleurs de fonds et les gouvernements concentrent leur attention sur la planification familiale en Afrique de l'Ouest, tant pour améliorer la santé maternelle et infantile que pour renforcer le développement économique.

La plupart des experts reconnaissent que l'Afrique subsaharienne est en transition et enregistre une réduction du nombre de naissances par femme, encore que le recours à la planification familiale ait enregistré une augmentation lente et demeure aujourd'hui relativement faible.

Le mariage précoce, la pression sociale pour avoir beaucoup d'enfants et un accès limité à l'éducation sont au nombre des facteurs qui empêchent la fécondité de diminuer plus rapidement.

Au cours des dix dernières années, l'utilisation de la planification familiale par les femmes mariées au Togo est passée de 6,3 % à 13,9 %.

Bien que les taux d'utilisation de la planification familiale aient plus que doublé, le pays demeure en retard par rapport aux autres régions de l'Afrique (58% en Afrique australe, 26% en Afrique de l'Est).

Le faible pourcentage affiché par le Togo est une préoccupation pour les autorités et pour ses partenaires en développement.

L'USAid (l'agence américaine de coopération) a décidé de s'impliquer pour développer l'accès au planning familial d'une façon originale.

Elle veut en effet impliquer les hommes. Ils doivent inciter leur conjoint à avoir recours au planning pour la contraception et le suivi des grossesses.

Cette action passe par des campagnes d'information dans les villages.

Une phase pilote a été lancée pendant quelques mois dans le district sanitaire de Lloto (région des Plateaux).

Les résultats ont été communiqués mardi. Ils sont intéressants.

Parmi les 315 femmes ayant fréquenté les services de santé et de reproduction, 54% étaient accompagnées de leurs époux. Un signe que cette initiative fonctionne et que l'homme peut avoir une influence déterminante.

Elle devrait se développer dans d'autres régions.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.