Cameroun: Travailleurs migrants - Comment améliorer leurs compétences

Des représentants de six pays de la CEMAC sont réunis depuis hier à Yaoundé autour d'un atelier de trois jours autour de cette préoccupation.

Au regard des événements qui se déroulent dans le monde, les problèmes de migration restent d'actualité. Et dans le domaine du travail encore plus. Ceci parce que les migrants bien que hautement qualifiés n'ont pas souvent de difficulté à s'intégrer socialement et économiquement dans le pays d'accueil. Ce qui n'est pas le cas pour les groupes vulnérables parce que composés majoritairement de jeunes et de femmes dépourvus de compétences. Et ceux sont eux qui constituent la majeure partie des flux migratoires. Ces migrants peu qualifiés se recrutent dans l'agriculture, les services domestiques, la construction ou dans le commerce transfrontalier informel et sont souvent exposés à l'exploitation et à l'absence de protection.

« D'où la nécessité et l'urgence dans le cadre de l'intégration sous régionale, de mettre en place des dispositifs pertinents et adaptés dans l'optique de tirer le meilleur profit des compétences existantes des travailleurs migrants, sources importantes de croissance potentielle pour nos économies », a fait savoir le ministre du Travail et de la Sécurité sociale, Grégoire Owona. C'était lundu, 16 septembre 2019 à Yaoundé, à l'occasion de la cérémonie d'ouverture de l'atelier des consultations sous régionales tripartites pour la formulation de partenariats pour les compétences et la migration en Afrique centrale. Y prennent part, des représentants de six pays d'Afrique centrale : Cameroun, République démocratique du Congo, République centrafricaine, Congo, Gabon, et Guinée équatoriale. Tous sont calés dans le domaine de la création d'emplois décents.

L'intérêt de cet atelier est de favoriser des partenariats et des engagements pour que des travailleurs migrants puissent acquérir des compétences visant à contribuer aux économies des pays hôtes et d'origine. Pour Murangira, directeur de l'équipe d'appui technique au travail décent pour l'Afrique centrale, cette rencontre vise avant tout de voir dans quelle mesure on des mécanismes pour mieux gérer ces personnes et surtout valoriser leurs compétences peuvent être établis.

Concrètement, cette rencontre souhaite entre autres, partager les connaissances et les bonnes pratiques sur la cohérence entre les politiques de migration et de formation, évaluer le potentiel de leur pays à bénéficier de partenariat pour les compétences en faveur d'une migration plus équitable et fondée sur les droits dans les pays d'origine et de destination. Débattre et identifier des pistes concrètes pour la formulation de partenariats pour les compétences et la migration sont des objectifs envisagés. Les travaux s'achèvent demain avec des recommandations positives en vue d'améliorer les compétences des travailleurs migrants pour une meilleure insertion dans le marché du travail

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.