Congo-Brazzaville: Nationale1 - L'entretien se fait normalement

Le constat a été fait par le Premier ministre, Clément Mouamba, lors d'une visite de contrôle sur le terrain, du 13 au 15 septembre, qui lui a permis également de s'assurer de l'effectivité du paiement des tarifs de péages.

La concession de la route nationale n°1 a fait couler beaucoup d'encre et de salive. Le gouvernement a su tirer son épingle du jeu en trouvant un terrain d'entente avec les usagers sur les tarifs des péages dont le paiement est entré en vigueur le 9 septembre. Pour en vérifier l'effectivité, le Premier ministre est descendu sur le terrain. « Le gouvernement doit se rendre compte de ce qui se fait », a indiqué le chef de l'exécutif. Les ouvriers de La Congolaise des routes (LCR) sont à pied d'œuvre. « Ils font de la prévention, de la réparation ainsi que la gestion des flux de manière disciplinée », a reconnu Clément Mouamba.

Il y a, en effet, des talus fissurés qui se dégradent du fait de la nature et du mauvais comportement des usagers de la route. Pour éviter le pire avec la saison des pluies qui approche, les travailleurs de LCR en assurent l'entretien. Ils font le même travail pour les garde-fous arrachés par les accidents et la chaussée qui se détériore par endroits. Dans le Mayombe, il y a beaucoup d'épaves de véhicules qui gênent la circulation dans une zone aussi difficile. « Dans un délai très raccourci, il faut que ces carcasses de véhicules soient dégagées », a ordonné le chef du gouvernement.

A propos des tarifs des péages, Clément Mouamba a exhorté les usagers à se conformer à la règle en payant les prix fixés de façon consensuelle. A l'entreprise, il a appelé à la transparence dans la gestion des recettes qui serviront, entre autres, à l'entretien de la route dont l'importance dans l'économie nationale n'est plus à démontrer.

Détour à Soremi

A Mfouati, dans le département de la Bouenza, le Premier ministre a échangé avec les habitants de la localité et les dirigeants de la Société de recherche et d'exploitation minière (Soremi). Les questions de préservation de l'environnement et certaines revendications de la population ont alimenté les échanges. Toutes les parties sont tombées d'accord pour sauvegarder la vocation industrielle du département au travers notamment d'une bonne collaboration entre la population et l'entreprise chinoise.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.