Congo-Kinshasa: Visite de Tshisekedi en Belgique - Des protocoles d'accords pour relancer la coopération

17 Septembre 2019

Le président de la République démocratique du Congo (RDC), Félix Tshisekedi, a entamé une visite de quatre jours qui a débuté le lundi 16 septembre en Belgique, l'ex-pays colonisateur de son pays.

Il prendra ensuite son vol pour les Etats-Unis en vue d'assister comme ses pairs, à la 74e session de l'Assemblée générale des Nations unies prévue pour s'ouvrir aujourd'hui 17 septembre.

Cette visite de travail du tout nouveau président de la RDC, n'étonne guère car, on ne le sait que trop bien, les présidents africains ont pour coutume d'aller prêter allégeance à leurs anciennes colonies. Quoi qu'on dise, cet acte s'apparente à un passage obligé pour nos dirigeants africains.

Pour sa première visite officielle en Europe, l'illustre invité a eu droit aux honneurs dus à son rang. En effet, le président Tshisekedi a d'abord été accueilli avec tous les honneurs au pied de son avion sur le tarmac de l'aéroport de Melsbroek aux portes de Bruxelles.

Il aura ensuite des rencontres avec des personnalités politiques et des chefs d'entreprises aux premiers rangs desquels, on peut citer le Premier ministre Charles Michel, le ministre des Affaires étrangères, Didier Rey.

Et en prime, un dîner au palais royal avec le roi Philipe himself. C'est dire si cette visite aux pays des Belges, vaut tout son pesant d'or.

Selon toute vraisemblance, cette visite est le couronnement d'un processus d'adoubement du dirigeant congolais, par la communauté internationale.

Cette visite permettra de réchauffer les relations diplomatiques ainsi qu'économiques entre Kinshasa et Bruxelles

En tout cas, le déplacement du locataire du Palais de la Nation, s'inscrit dans le cadre de la normalisation des relations entre la Belgique et la RDC, car, ce n'est un secret pour personne que les relations étaient brouillées voire tendues entre ces deux pays sous le magistère de l'ex-président Joseph Kabila.

C'est dire si cette visite permettra de réchauffer les relations diplomatiques ainsi qu'économiques entre Kinshasa et Bruxelles. En effet, des protocoles d'accords ont déjà été signés pour relancer l'appui aux institutions et aux finances congolaises.

Mieux, la relance de la coopération militaire sera aussi à l'ordre du jour. Quand on sait que la RDC a mal à sa sécurité, surtout dans le nord Kivu où le président Félix Tshisekedi avait promis d « écraser » tous les groupes armés au cours de son quinquennat, la relance de ce volet de la coopération ne pouvait pas mieux tomber.

En tous les cas, si cette visite peut servir les intérêts des Congolais, c'est tant mieux ! Cela dit, on sait que l'actuel locataire du palais de la Nation n'a pas les mains libres pour conduire le gouvernail congolais, d'autant plus que la majorité absolue à l'Assemblée nationale et au Sénat est aux mains de son prédécesseur, Joseph Kabila.

Mettra-t-il à profit cette visite pour s'affranchir de cette tutelle « honteuse » du clan Kabiliste ? Rien n'est moins sûr.

Tout autre chose : des fils et filles du pays de « Mobutu » à l'étranger en quête d'un mieux-être, sont divisés sur la pertinence de la visite. Et dire que certains se font déjà entendre sur les réseaux sociaux. Un voyage qui fera donc beaucoup de bruit.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Pays

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.