Burkina Faso: Dialogue Etat/Secteur privé - L'opérationnalisation du Fonds minier de développement prévue pour ce mois de septembre

17 Septembre 2019

Les 14 et 15 octobre prochain, il se tiendra la 2eme édition de la rencontre nationale du nouveau dispositif de dialogue entre le gouvernement et le secteur privé dénommé Cadre de concertation et d'orientation pour le dialogue Etat/Secteur privé (CODESP).

En prélude à cette rencontre, il a été organisé, sous la présidence du Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, président du comité de pilotage, la 2eme session de l'année 2019 du Comité de pilotage du CODESP en vue de faire le point des engagements pris de part et d'autre.

Pour Christophe Joseph Marie Dabiré, le gouvernement accorde une grande importance au secteur privé qui est le moteur de notre économie et qui contribue pour beaucoup au processus de développement de notre pays.

Selon lui, c'est la raison pour laquelle le gouvernement fait de la communication avec le monde des affaires son cheval de bataille.

« Le secteur privé connait certes beaucoup de difficultés mais le gouvernement s'investit à ce que des solutions puissent être apportées à toutes ces difficultés », a-t-il insisté.

De l'avis du ministre du Commerce, de l'Industrie et de l'Artisanat, Harouna Kaboré, cette rencontre a été « studieuse et fort intéressante », dans la mesure où il y a eu de la franchise et des contributions de part et d'autre avec comme résultats, des instructions fermes et claires données par le Premier ministre pour que les préoccupations du secteur privé soient satisfaites.

« Sur 45 préoccupations qui avaient été soulevées, il y a 43 qui sont en cours de mise en œuvre avec des niveaux très intéressants. Il y a deux préoccupations sur lesquelles nous continuons d'accélérer la mise en œuvre.

En guise de recommandations, il nous a été demandé de veiller au respect des échéances et que des concertations soient engagées rapidement sur les préoccupations pendantes pour que celles-ci soient vidées lors des rencontres sectorielles », a-t-il expliqué.

A l'entendre, le Premier ministre a insisté sur l'opérationnalisation de certains textes qui ont été pris à l'instar du Fonds minier de développement local.

Et le ministre de poursuivre : « Un travail a été fait pour que courant ce mois de septembre les mairies des communes abritant les sociétés minières puissent entrer en possession de leurs droits en ce qui concerne le Fonds minier de développement local ».

Du reste, le ministre a fait savoir que des instructions ont été données également par le Premier ministre pour que les textes pris pour l'accès des PME à la commande publique, à savoir les décrets d'application et les arrêtés, soient mis en oeuvre.

Il en est de même pour ce qui est de l'artisanat qui va bientôt bénéficier de la commande publique, a mentionné Harouna Kaboré.

« Nous allons travailler à mettre en œuvre l'ensemble des préoccupations restantes et nous devons normalement nous retrouver à la prochaine rencontre avec beaucoup d'avancées supplémentaires », foi du ministre en charge du secteur privé.

Quant à Sékou Oumar Doudou Doumbia, Vice-président en charge des services de la Chambre de commerce et d'industrie du Burkina Faso, il a dit toute sa satisfaction à l'issue de la rencontre, au nom du secteur privé.

« C'est à cœur ouvert que les discussions ont eu lieu. Nous sommes très satisfaits par rapport aux réponses données et nous pensons également que satisfaction sera donnée à nos différentes préoccupations », s'est-il réjoui.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fasozine

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.